fondscene.jpg

Il fait partie pour nous des festivals français incontournables à suivre chaque année ... Les 3 Eléphants a encore rempli sa mission de proposer une programmation à la fois audacieuse et cohérente tout en faisant les compromis pour accueillir un large public dont la curiosité s'est encore vue sur les visages cette année !

Car ce festival n'est pas essentiellement musical, il est aussi une belle vitrine regionale pour le théâtre de rue ... Et aux 3 Éléphants on ne rigole pas également avec l'art ! Si Laval est une ville gorgée d'histoire (la place de Hercé qui accueille le site principal du festival a notamment été construite après la révolution française) Les 3 éléphants savent mettre en valeur les plus beaux monuments de la ville comme le musée des sciences par exemple ou l’on pouvait autant danser que se restaurer entre la scène du patio et de l'arène !

Mais revenons à la programmation musicale, si les groupes les plus attendus étaient Detroit pour vendredi et Fauve le samedi ... Les groupes qui ont plutôt retenu notre attention s' appellent Jagwar Ma, Breton, Girls in Hawaii, Vundabar, Acid Arab, Jungle ou encore Son Lux !

 

Son Lux
Premiers arrivés, premiers servis... selon l'annonce facebook de What comes around goes around qui organise deux concerts sauvages dont celui de Son Lux le vendredi à 15h. Un mail envoyé et hop, une primeur réservée à 40 chanceux en amont leur concert prévu le soir même.  En toute initimité au sein de la crypte du Théatre de Laval, Son Lux nous régalèrent de quelques morceaux où la puissance de l'acoustique ; piano préparé( Un piano préparé est un piano dont le son a été altéré en plaçant divers objets — la préparation — dans ses cordes) , mais aussi tambours, et guitare amplifièrent les émotions et  paroles... Un moment rare et magique où même un coeur de pierre pourrait se transformer en marshmallow. Easy quoi… Une parfaite mise en bouche avant leur concert le soir même au chapiteau !

Vundabar
voilà des petits jeunes (moyenne d'âge 20 ans) qui n'ont pas attendu le nombre des années pour montrer une très bonne aisance scénique et une grande qualité de jeu . Leur pop-rock peut sembler ne s'adresser qu'aux midinettes de premier abord mais très vite on s'aperçoit qu'il y a bien plus de subtilité dans la musique de Vundabar qu'il n'y parait, en intégrant du blues, en rompant les tempos, en innovant sur les choix mélodiques qui ont fait de ce concert qui s'annonçait pourtant anecdotique une très bonne expérience et l'un des meilleurs souvenirs du festival.

Jungle
Que de mystère depuis cette vidéo de deux danseurs sur rollers (qu'on croyait d'ailleurs être membres du groupe) qui a fait parler de Jungle sur la toile avant leurs conderts français. Et le résultat en live a donné quelquechose de très groovy et produit, avec une touche de soul et de R&B et une basse qui a su faire chalouper le chapiteau des trois éléphants. Dommage cependant que les morceaux , surtout de par le chant, se ressemblent énormément provoquant une forme de monotonie. Aussi, un peu de licence par rapport à l'album, avec des versions lives n'aurait pas fait de mal. Peut-être trop de backing tracks pour soutenir les musiciens ?

Jagwar Ma
Un concert en demi-teinte pour les Jagwar Ma dont les morceaux peuvent donner le pire comme le meilleur. Le chant peut s'avérer monotone comme très bien senti par moments et ce, malgré les très bonnes parties électroniques, toutes gérées en live par du materiel analogique, et les guitares pleine de reverb psychédélique.C'est une déception pour nous qui suivions et aimions ce groupe sur disque.

Breton
Encore un concert qui nous aura montré un groupe chez qui il y avait vraiment à boire et à manger. On aime quand les Breton syncopent, samplent et breakent , utlisent les instruments électroniques et électriques de concert. Beaucoup moins lorsque certains de leurs derniers morceaux évoquent la mièvrerie des récents Coldplay, partent dans des délires bien trop adolescents ou communient de manière bien trop ostentatoire et démagogique avec leur public en français, leur leader Roman Rappak tel un Brian Molko Molko sous MDMA en lieu et place de la Coke (Que cet accent est énervant dans sa bouche !). Et voilà encore un groupe qui n'aura vraiment pas été aidé par l'acoustique de la grande salle de l'Arène.

Girls in Hawaii
L'année dernière "les 3 Eléphants" accueillait BRNS et en 2014 c'est autour d'un autre très bon groupe belge de se voir programmer à Laval. Les Girls in Hawaii nous encore prouvé avec leur dernier live qu'ils avaient toute la magie nécessaire pour emmener leur pop proteiforme vers la grandeur et l'élégance du rock sombre et mélancolique ! Le sommum reste le moment ou ils ont joué le morceau "misses" Très emouvant quand on sait que le groupe a perdu son batteur il y a 4 ans !

Acid Arab
le duo de DJ a su faire danser les festivaliers à la clotûre de la soirée du vendredi avec une acid house s'alternant ou se mélangeant à la musique orientale. Peu de choses à voir sur scène mais beaucoup à ressentir sur le dancefloor !