Partons dans l’Illinois pour découvrir le premier album de The living blue :« Fire, Blood, Water ». Cette formation n’en est pas à son premier coup d’essai, avant cela ils se sont bien appelé Les Bloody Knuckles et les Black out mais c’est en 2004 que tout va s’accélérer pour ce combo américain, repéré par Adam Schmitt, ils s’envolent vers d’autres cieux et change de nom pour The living blue.

 

Tous amoureux du garage rock, ce combo américain emmène avec eux une rythmique implacable et des mélodies insatiables. Même si certaines chansons peuvent paraître brouillon il n’en dégagera pas moins un single parfaitement ficelé « Tell me Leza ». Enregistré en pas moins de 5 jours cet album se révèle être une prouesse sonique. Pas le temps pour les balades, The living Blue joue brut et vite se moquant de l’idéalisme de la pop dans laquelle il se sont pourtant nourrit ça s’entend et se ressent…

 

The living Blue “fire, blood, water”

(Boxson – Novembre 2006)

 

> www.myspace.com/thelivingblue