On ne connaît pas beaucoup de groupes capables de changer complètement de son sur quasiment tous les albums qu'ils sortent, mais c’est ce que savent si bien faire les australiens de King Gizzard & the Lizard Wizard, eux qui ont fait carrière en explorant de nouveaux sons, en prenant une multitude de virages et en glorifiant l’inattendu. Butterfly 3000 est leur deuxième album cette année et une plongée profonde dans la dream pop à base de synthétiseurs.

Le groupe a construit ses morceaux autour de boucles de synthétiseur en arpèges, ajoutant des batteries, d'autres synthétiseurs et, à l'occasion, une guitare acoustique, avant de couronner le tout avec la voix de Stu Mackenzie, beaucoup plus décontractée et sucrée qu’à son habitude. l’album vous plonge dans un bain de son chaud, et King Gizzard y propose ses chansons les plus paisibles, béates et accrocheuses.

Il y a des touches de Panda Bear, membre d’animal collective, dans sa version la plus pop, mais aussi des références ouvertes aux Beach Boys, et une vibe générale très décontractée.
 
C'est un grand virage encore par rapport à certains de leurs morceaux les plus récents - en particulier l'album conceptuel de thrash metal qui abordait la mort de la planète - et on a l'impression que le groupe est sorti d'une grotte lugubre pour entrer directement dans un après-midi d'été brûlant. Il peut sembler étrange de dire cela d'un disque dominé par des sons synthétiques, mais les claviers et les boucles sont aussi pétillants que des feux de bengales et aussi légers que des ballons remplis d'hélium. Des morceaux tels que "Dreams" et "Yours" ont un atour doucement entraînant, "2.02 Killer Year" divague joyeusement tandis que les oscillations électroniques et le falsetto de Mackenzie se lancent dans une bataille d'oreillers, et "Ya Love" brille comme une pièce de monnaie au soleil. Ceux qui craignent que toute cette légèreté signifie que le groupe a perdu son côté expérimental seront rassurés par des titres comme "Blue Morpho", qui ajoute un peu de psychédélisme brumeux au mélange, ou "Black Hot Soup", qui ressemble à un mélange de leurs albums acoustiques et de leurs escapades microtonales avec un peu de bruit de guitare électrique en plus.

King Gizzard a peut-être fait une nouvelle avancée créative, mais comme pour tous leurs autres sauts audacieux dans l'abîme, ils n'ont pas laissé derrière eux l'esprit de quête, l'esprit d’aventure sonore et l'écriture de chansons inspirées. Ceux qui pensent qu'ils finiront finalement par s'essouffler devront revoir leur copie une fois de plus ; Butterfly 3000 est l'œuvre d'un groupe qui a des idées par millions et les compétences pour les réussir. Dans le cas présent, un rêve brillant et heureux qui laisse le dormeur se sentir rafraîchi et en paix à son réveil.

https://kinggizzard.bandcamp.com/album/butterfly-3000

Emission de la semaine

Nouveautés

Playlists du mois