Le nouvel album de Max Cooper  Yearning For The Infinite est la restitution d’une commande du prestigieux centre d’arts Barbican de Londres pendant une saison intitulé “Life Rewired” et se présente à la fois comme une musique accompagnée d’une histoire visuelle et comme un spectacle live immersif et audiovisuel.

Max Cooper aurait alors été inspiré entre autre par les travaux du mathématicien Georg Cantor et par la Kabbale, soit le développement de la parallax dans les arts , c’est à dire l'effet du changement de position de l'observateur sur ce qu'il perçoit.

Il explique alors avoir voulu saisir l’idée du progrès humain, du développement technologique et l’explosion des données numériques et revenir à leur essence, avec le désir d’apporter de nouvelles idées de l’infini intégré au processus de production également, se reposant beaucoup sur des sessions d’improvisations et en abusant de l’empilage infini de couches sonores et de systèmes de feedback. Le tout jusqu’à perdre pied avec plus de 200 couches audio et beaucoup de chaos au sein de certains morceaux, pour obtenir un corpus qui a été un casse-tête à finaliser mais un défi excitant à réaliser. 

Avec un tel contexte, il apparait alors avoir travaillé de façon circulaire, avec un album qui vous ramène constamment à lui comme quand chien essaie d’attraper sa propre queue. 

Nous sont alors offerts autant de moments de plénitude que d’autres où les différents éléments se combinent en une sorte de chaos organisé. 

L’album commence alors très doucement et avec l’ambiant du morceau “Let There Be”, pour se consumer ensuite lentement avec le très hypnotique morceau “Repetition” qui n’a pas volé son nom puisqu’une mélodie répétitive vous aspire en son sein. 

Puis le disque commence à véritablement se construire et atteindre tout son potentiel à mi-chemin avec le magnifique chaos et la tension du titre “Aleph 2” avant de glisser vers une atmosphère plus frénétique sur les breakbeats du morceau “Scaler” et plus barrée encore “Penrose Tiling” aux ruptures rythmiques et aux bleeps dignes d’Aphex Twin. 

Yearning For The Infinite est donc une oeuvre à part entière qui apparaît ne prendre toute sa dimension et son sens que par une écoute intégrale, en une pièce de ses différents morceaux, comme on le ferait lors de sa présentation en live, avec une construction lente vers un climax puissant en son coeur, pour ensuite laisser l’auditeur retomber lentement comme une plume en direction d’un atterrissage en douceur. 

https://maxcooper.net/