weval.jpg

Derrière Weval se cachent deux jeunes hollandais, Harm Coolen et Merijn Scholte Albers , qui produisent une musique électronique aux qualités aussi immersives que dansantes. Ils ont commencé à faire parler d’eux en 2014 avec l’EP Half Age et ses morceaux électroniques  à combustion lente,  aussi douloureusement intimistes que magnifiquement sombres.

Ils ont alors séduit Kompakt qui leur a signé deux autres EP et voici qu’ils sortent ensemble ce premier album éponyme cette semaine. Pour le composer , ils ont quitté leur salon douillet pour le grenier d’une vieille école qu’ils ont aménagé en studio et lieu de vie afin de se concentrer entièrement à sa gestation, et avec le parti pris de veiller à ne pas en faire une production trop propre, et en capturant la beauté dans l’imperfection , afin d’apporter un peu d’humanité à leur univers de synthèse sonore.

Cette humanité est aussi sugérée par l’apparence occasionnelle de différentes voix, soit par la présence de samples torturés par les effets , soit comme sur le morceau Days par l’apparition d’une chanteuse ou d’un chanteur sur le morceau Ways to go ou Years To Build, vocalistes qu’ils ne semblent pas avoir pris la peine de créditer.

Leur son pur, profond et mélancolique nous rappelle parfois la qualité de productions telles que celles du danois Trentemoller ou du Berlinois Apparat, mais avec l’emphase épique en moins pour ce dernier. Nul doute que Weval suivront les traces de ces influences et nous feront encore ressentir énormément d’émotions avec cette musique électronique qui parle autant au coeur qu’au corps.

https://soundcloud.com/weval