Dès leur premier album "Gorilla manor", on a pu voir l’étendue du génie créatif et la patte toute particulière qu’ont les Local Natives, eux et leur patronyme pléonastique. Avec la voix très caractéristique de leur chanteur, toujours un peu à bout de voix,à forcer son organe mais qui donne finalement un regain de tension à des chansons dont l’humeur rêveuse et la forme très baroque peut emporter l’auditeur d’ordinaire le plus impassible.

Avec leur nouvel album "Hummingbird", les Local natives poursuivent le travail élaboré sur Gorilla Manor mais peut-être avec des chansons au plaisir moins immédiats, finalement moins pop et qui nécessite davantage d’écoute pour en saisir véritablement la substance. Les compositions y sont donc encore plus subtiles, et permettent à cette formation originaire de Californie, d’étendre encore davantage leur territoire musical tout en fabriquant des chansons qui les rendent immédiatement reconnaissables.

Ce nouvel album a été produit par Aaron Dessner du groupe The National, qui signe là un travail exceptionnel encore une fois, après avoir fait des merveilles sur le dernier album de Sharon Von Etten. En tout cas je suis, après ce deuxième album, de ceux qui pensent que les Local Natives sont définitivement de la trempe de ces groupes qui marquent leur génération, à l’instar de Grizzly bear ou des Animal Collective.