On est très loin du groupe de Bernie Bonvoisin ! Effectivement ce duo vient de toronto et donc ne connaît très probablement pas le groupe de Hard Rock français des années 80 du même nom.

Le Trust canadien c’est effectivement davantage une ambiance de synth-pop sombre et tellement gothique que leur auteurs doivent effectivement élever des chauve-souris et vivre dans une crypte. Trève de plaisanterie , en tout cas une moitié de ce duo n’est pas tout à fait inconnue puisque Maya Postepski n’est autre que la batteuse d’Austra, groupe un petit peu dans la même veine qui avait fait une petite sensation il y a deux ans.

L’autre moitié est un bellâtre à la voix gutturale et au look assez fatal qui s’appelle Robert Alfons si on le dit en Français et Robert Alfons si on le dit en anglais ce qui lui rendra justice puisque il est anglophone quand même. Et donc la musique de ce duo n’est pas très loin d’Austra sans les envolées lyriques de sa chanteuse , ni très loin des Crystal Castles le côté bourrinage 8 bits en moins.


Et finalement cet “entre deux” crée une identitée qui a toute sa place sur la scène indépendante actuelle et qui trouvera très certainement son public, et pas que chez les jeunes qui se maquillent en blanc et noir avec des chaussures à plateforme, non non, j’en suis persuadé. Donc vous l’avez compris Trust ce sont des machines, une ambiance cryptique et des anthèmes apocalyptique à la portée de toutes les oreilles.