Avec ses cris énergiques d'influences new wave, krautrock et post-punk, Bright Green Field est le premier album très attendu du combo britannique Squid. Depuis sa formation à Brighton en 2016, le quintet londonien a sorti un éventail toujours déroutant de singles et d'EPs éclectiques qui, en plus de leurs concerts frénétiques, ont particulièrement agité la sphère indie. Et cela pour de bonnes raisons : Squid est effectivement un groupe passionnant, dont le son généralement inclassable semble capté par les courants les plus étranges du moment.

Comme pour leur EP Town Centre de 2019, Bright Green Field a été produit par Dan Carey, soit le producteur qui a aidé à peaufiner des disques d'artistes aussi intéressants que Kate Tempest ou encore Fontaines D.C.

 D'une certaine manière, leur premier album s'inscrit dans la lignée absurde de "Houseplants" et "The Cleaner", deux des singles les plus connus de Squid, mais c'est aussi clairement une nouvelle manière de manier cette absurdité. Comme une avalanche qui ramasse tout sur son passage, Squid semble prospérer grâce à leur évolution et à un sens inhérent du danger.

Dès le début de l’album, l'excitant "G.S.K." (en référence au géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline) est un mélange de hip-hop, de prog-funk et de proclamations post-punk effrontées, rappelant les premiers disques de Public Image Ltd.,  King Crimson à mi-carrière ou un Mr. Bungle en moins crade.

En tant que leader et batteur, Ollie Judge manie son approche vocale de commentateur/aboyeur avec beaucoup d'effet, tout en propulsant le groupe à travers des grooves vifs ponctués de cuivres, de guitares piquantes, de moments de panique et de crises de nerfs. Long d'environ 50 minutes, Bright Green Field parvient à retenir l'attention grâce à une variété de dynamiques et de techniques qui attirent l'attention, comme les voix décalées sur la chanson "2010", tour à tour douce et chaotique. De façon très contemporaine, Squid ressemble à un fouillis de pensées qui prennent vie, exprimant la colère, la confusion, l'humour, le détachement et même la joie dans leur quête d'une véritable liberté créative.

 

Emission de la semaine

Nouveautés

Playlists du mois