george_fitzgerald.jpg

Premier album  pour le producteur electronique George Fitzerald qui sort ici des sentiers dansants auxquels le producteur berlinois d’origine anglaise nous avais habitué, lui qui s’était fait un nom dès 2010, au moment où la scène garage/dubstep anglaise commençait à se débarrasser des rythmiques dub syncopées et des trémolos d’infrabasses (appelés Wobbles) pour se rapprocher davantage des influences house.

Ce mouvement prenait alors pompeusement les noms de Post-dubstep ou future garage. A l’époque George Fitzerald a aidé à définir cette scène aux côté de Joy Orbison ou Scuba, avec des rytmiques hachées, des mélodies claires et expressives ainsi que des voix R’n’b passée à la moulinette d’effet en tous genre comme ce jeu caractéristique sur le pitch (ou modification de la hauteur de note). Petit à petit ces producteurs se sont rapproché des rythmiques à 4 temps mais ont gardé ce goût pour la mélodie et les ambiances atmosphériques qui les ont distingués de producteurs club plus pompiers de la musique électronique dansante. Fitzerald a alors commencé à travailler sur son album dès 2013, signant sur Double Six recordings, le sous-label de Domino records mais a ensuite reporté la production de l’album, suite à une histoire d’amour déçue  et alors qu’il s’est mis à nourrir de plus en plus de désilusions par rapport à la sène club en général. Fading Love apparaît donc comme la réponse directe à cet échec amoureux et à ce reniement de la scène club, avec 10 morceaux comprenant des featurings vocaux, bien loin des voix R’n’B triturées de ses précédentes productions mais avec la participation des organes d’Oli Bayston du groupe Boxed In et de Lawrence Hart.

Evidemment suite à ses peines de coeur, les paroles évoquent la déception amoureuse à travers des voix masculines austères et ouatées qui ne respirent certainement pas la joie de vivre mais qui s’accordent très bien à la substance deep de la musique électronique proposée par George Fitzerald. D’autant que Fading Love reste un album au potentiel dansant, dont la déception amoureuse inspiratrice est gérée avec compréhension et proposant bien plus de réconfort que l’illustration de la haine ou du repli pleurnichard de l’amant éconduit.

https://soundcloud.com/george-fitzgerald