bleeding_rainbow.jpg

Deuxième album pour les Bleeding Rainbow qui avec l’album Yeah right en 2013 ont non seulement changé de nom de Reading rainbow à Bleeding rainbow, sont passé de duo à quatuor et ont abandonné leur guitare fuzz mélodique pour une sorte de shoegaze en forme de mur de son.

Cette métamorphose n’était pas sans qualités, mais certains morceaux pouvaient apparaître trop cahotiques, et aussi un peu long ou redondant tandis que le nouvel album "Interrupt" réussit là où son prédécesseur avait échoué. Tout d’abord sur sa durée, qui culmine à 35 minutes. Elaguer ainsi leur a permis de moins s’égarer sur des expérimentations de sonorités et d’effets.

 

Les arrangement vont droit au but et dans la face de l’auditeur dans un esprit très punk mais avec un vernis indie des années 90 qui n’est vraiment pas pour nous déplaire.

On apprécie aussi le partage du chant entre le duo masculin et féminin de Sarah Everton et Rob Garcia et leur inclinaison à écrire des mélodies accrocheuses et des harmonies lumineuses par dessus les murs de guitares et les rythmiques lourdes.

Avec cet album, le groupe se rapproche davantage de ses influences et de groupes tels que Sonic youth, my bloody Valentine ou Dinosaur Jr. Un groupe à suivre pour tous les amoureux de la résurgence nineties qui se poursuit depuis quelques années avec Yuck ou encore les Cloud nothings.