On avait beaucoup aimé le premier album des Cloud control avec leur son dream pop psychédélique que l’on vous avait découvrir en 2011 qui prenait parfois des détours vers le folk pastoral des grands espaces américains, et surtout qui avait l’originalité d’inclure des rythmiques tribales ainsi que des variations de guitares et de choeurs africains.

Pour leur nouvel album qui s’intitule Dream cave on s’attendait évidemment à ce que le groupe poursuive sur le registre dream pop mais il s’avère que cette dream pop a pris une tonalité beaucoup plus nostalgique, notamment dans le fait qu’elle apparaît un peu comme si elle était une réinterprétation de la pop des années 80 et 90 telle qu’elle se matérialiserait dans la mémoire des compositeurs du groupe, filtrée par leur expériences et sensibilités propres.

 

L’auditeur peut alors se laisser totalement entrainer et plonger dans des morceaux où il est facile de perdre pied, car tout semble parfaitement aérien et profond à la fois , avec la beauté du clair-obscur d’une grotte dans laquelle filtre de nombreux rayons de soleil.

Et ce qui est amusant c’est que cette grotte est illustrée sur le plan sonore à la fin de deux morceaux centraux de l’album, comme si on avait plongé dans ses tréfonds et qu’on pouvait entendre l’eau y ruisseler et les gouttes tomber de sa paroi …