Retour du sale gosse Nathan Williams et de son projet Wavves ! Alors qu’il a déja appelé son groupe Wavves à cause de sa peur panique de l’océan, le voilà qui nous confie une autre de ses phobies : celle de la hauteur ou ce qu’on appelle plus communément chez nous le vertige.

 Peut-être était-ce surtout la peur de donner une suite à son premier album King of the beach qu’il faut apprécier à l’écoute de Afraid of heights, car ce premier album l’avait réellement fait percer au sein de la sphère indie rock.

Et du coup quand on a peur et bien on se concentre et on essaie de bien faire les choses, tout slacker ou tout branleur qu’on est, Nathan Williams y compris.  Et le résultat est que cet album est beaucoup plus chiadé et plus pop à travers ses grosses guitares grunge toujours présentes.

Williams fait donc revivre le meilleur du rock alternatif ou d’une version plus pop du punk à travers une production tirée au cordeau et assurée par le producteur john Hill (dont les faits d’armes vont de M.I.A à Rihanna). Du coup les guitares sonnent comme si elles etaient prêtes à affronter une tournée des stades, la batterie a du punch et sonne beaucoup plus clairement et Nathan Williams chante juste presque tout le temps.

 

Mais tous ces efforts enlèvent peut-être tout le cool un peu "stoner de la côte ouest" du gamin, pour ceux qui connaissent bien le premier album de Wavves, ce sera à vous de juger. Toujours est-il qu’en terme de songwriting, les progrès sont bien là, de l’aveu de Williams lui même et les morceaux sont accrocheurs comme jamais, avec ce côté un peu grunge aux entournures en guise d’épice,  ce qui fait de Afraid of heights une bonne porte d’entrée pour ceux qui souhaiteraient découvrir Wavves.