Un timing étrange pour Gramme qui a été le premier à faire revivre en 1999, l’esprit no wave et post-punk d’ESG, des Gang of Four ou de A certain ratio, ces groupes qui faisaient danser la Factory avec leur son à la fois sec et rugueux et faisaient onduler le jeune sur un groove machinal et un peu froid.

Mais parfois être les premiers vous fait passer un peu inaperçu mais pas pour d’autres musiciens qui ont eux appris beaucoup de cet EP sorti par Trevor Jackson et finalement ils ont été les atisans d’un renouveau qui a contribué à l’âge d’or du label DFA et du groupe LCD Soundsystem tous deux dirigés de main de maitre par James Murphy et aussi l’avénement de groupes comme The rapture , the Liars et bien d’autres.

Mais après cet EP fondateur, un gros silence radio si je puis dire et plus de dix ans avant que Gramme ne revienne cette semaine avec la sortie de Fascination, un premier album dont on dirait, si l’on était vraiment méchant , qu’il arrive un peu après la bataille de cet indie rock dansant et proto-funk.

Mais comme il est très réussi et que surtout il donne à entendre autre chose que cette réinterpretation post-punk offerte par l’ère du label DFA , quelque chose de peut-être plus fidèle aux origines de ce style, plus proche d’ESG par exemple, et bien c’est un gros LIKE qu’on a envie de cliquer pour eux, un bon petit pouce en l’air , en bons jeunes que nous sommes, nos oreilles encore accrocs de ce groove malade, elles qui ont connu ces différentes périodes, de la période Gang of four à la période DFA/LCD soundsystem et the rapture.