On les avait presque oubliés mais « Underworld » vient de ressurgir de terre pour nous apporter la dernière pièce à leur discographie déjà bien ficelée. Ce groupe qui s'est construit dans les premières raves du début des années 90 a connu son heure de gloire en 1996 avec le fameux morceau « born slippy » tiré de la B.O. du film « Trainspotting » devenu un anthem pour toute la génération électro et non-conformiste.

 

Et si depuis cette époque la musique électronique a bien progressé, on ressent toujours la pate du duo anglais sur ce nouvel album « oblivion with bells ». Karl Hyde et Rick Smith ont travaillé davantage pour actualiser leurs productions à l'air du temps, on y trouve des morceaux plus pop comme « boy, boy, boy » ou l'étonnant « Good Morning Cockerel » un titre au piano qui vient rendre un peu d'émotion dans leur univers synthétique, cependant on n'oubliera pas l'influence marquée sur certains titres électro pour les nouveaux producteurs en vogue comme James Holden ou Ricardo Villalobos : « oblivion with bells » est un album à consonante ambiante bien loin de la sphère dance floor ou la sincérité des compositeurs Karl Hyde et Rick Smith n'est plus à démontré.

 

Underworld « Oblivion with bells »

(Different – Octobre 2007)

 

> www.myspace.com/underworld
 

Tracklisting:
1   Crocodile (6:30)
2   Beautiful Burnout (8:09)
3   Holding The Moth (5:29)
4   To Heal (2:36)
5   Ring Road (4:31)
6   Glam Bucket (5:45)
7   Boy, Boy, Boy (6:05)
8   Cuddle Bunny Vs Celtic Villages (2:22)
9   Faxed Invitation (4:44)
10   Good Morning Cockerel (2:28)
11   Best Mamgu Ever (8:45)