On voudrait que le disque ne s’arrête jamais même -ou peut-être surtout- s’il est douloureux, chaotique, anxieux et mélancolique, formidablement druggy dirait-on en anglais. On voudrait que le disque ne s’arrête jamais même -ou peut-être surtout- s’il est douloureux, chaotique, anxieux et mélancolique, formidablement druggy dirait-on en anglais.

 

 

Du bruit psyché-mélodique increvable ; le chanteur multi instrumentiste d’origine texane Greg Ashley dit s’inspirer de Sonic Youth. En fait, la palette de couleurs musicales est bien plus large que ça et on s’aperçoit que les titres forment un beau tableau. Il démarre en free jazz (Ecks Em Eye), enchaîne sans discontinuité avec un orgue Hammond bien plus pourri que celui de Ray Manzarek des Doors, c’est dire...

 

Le point d’orgue justement de l’album se situe avec le titre Year Zero qui aurait pu être fait à San Francisco en 67 : distorsions, cuivres, structure progressive. L’autre moitié de l’opus lorgne vers la sweet pop inattendue avec des arpèges de guitares électriques sauvagement disséminées.

 

The nonstop tape rappelle Day in the Life ou The white album des Beatles, Pickup your raygun fait echo au Paint It black des Stones, d’autres titres encore à de l’americana version pink floydienne… Du White, du Black, du Pink, du Gris Gris je vous dis !

 

The Gris Gris « For the Season »

(Birdman-octobre 2005)

 

> www.myspace.com/thegrisgris

 

Tracklisting:
A1   Ecks Em Eye (3:24)
A2   Peregrine Downsteam (1:26)
A3   Cuerpos Haran Amor Extrano (3:31)
A4   Down With Jesus (3:31)
A5   Big Engine Nazi Kid Daydream (5:12)
A6   Year Zero (6:09)
B1   The Nonstop Tape (3:25)
B2   Medication #4 (3:14)
B3   Skin Mass Cat (3:24)
B4   Pick Up Your Raygun (4:33)
B5   Mademoiselle Of The Morning (2:22)
B6   For The Season (7:33)