"Natural Brown Prom Queen" est sans nul doute l'œuvre d'une âme à la fois extravertie et introvertie, qui met ici son côté extraverti en valeur. Plus funky et plus fringant qu'Athena, C'est le premier album de Brittney Parks en tant que Sudan Archives, ce nouvel album résulte d'un processus d'enregistrement unique avec des phases d'isolement et d’autres de collaboration.

Les démos réalisées par Brittney Parks ont été envoyées par son manager Ben Dickey à un grand nombre de producteurs pour qu'ils les reprennent à leur sauce. À partir de ces soumissions, Brittney Parks a choisi ce qu'il fallait garder, en sélectionnant parfois des éléments de plusieurs versions, tout en choisissant d'ignorer l'identité des producteurs, puis a apporté d'autres modifications et ajouts avec l'aide de Ben Dickey et d'autres associés. Le premier LP de Sudan Archives était trop impressionnant et original pour être considéré comme une simple étape pour une artiste en devenir.

Mais le nouvel album Natural Brown Prom Queen, avec son lyrisme raffiné et désinhibé et ses voix diversifiées - fournies sur un nombre beaucoup plus important de basses et de BPM plus élevés avec des torsions rythmiques imprévisibles - représente néanmoins une sorte d’accomplissement pour l’artiste américaine. Le premier single et le premier morceau de l'album, "Home Maker", nous fait d’ailleurs passer ce message à plus d'un titre lorsqu’elle qu'elle se perd dans sa rêverie domestique.

La liberté et la confiance en soi sont des thèmes récurrents sur l’album.

Le morceau biographique "NBPQ (Topless)" en est un bon exemple avec ses rythmiques bondissantes, des bouzouki, et une Brittany Parks implacable ciblant le colorisme, ce phénomène raciste datant de l’esclavage qui permet aux noirs les plus clairs de peau de mieux s’intégrer dans la société, et ciblant également la superficialité avant qu'elle ne raille ses anciens amants "qui ont manqué toute ma magie", dit-elle. Sur "Chevy S10", elle quitte sa maison pour un fantasme d'évasion ouaté dans lequel la ligne de basse passe d'un groove
G-funk à un groove acoustique qui semble tiré d'un morceau de jazz. "Freakalizer" est une électro séduisante et béate, avec nul autre qu'Egyptian Lover aux commandes de la boîte à rythmes 808.

La présence du violon de Brittney Parks n'est pas aussi évidente que sur ses premiers travaux, bien qu'elle joue de cet instrument sur plus de la moitié des morceaux, le traitant parfois avec des pédales d'effets pour le faire ressembler à une basse ou une guitare, tout en jonglant avec une vraie batterie, des percussions, des synthétiseurs et d'autres claviers.

En tant que chanteuse, Brittney Parks fait preuve d'une encore plus grande polyvalence, associant des attitudes allant de la sirène enchanteresse à la dureté de la MC à des productions qui distribuent de l'électronique vacillante, des breaks atmosphériques, de la trap explosive et de l'âme hip-hop percutante.

https://sudanarchives.bandcamp.com/album/natural-brown-prom-queen

Emission de la semaine

Nouveautés

Playlists du mois

Mixtape