Avant la sortie de ce deuxième album, le producteur britannique Ross from Friends a programmé un plug-in pour la plateforme Max for Live d'Ableton, appelé Thresho, qui enregistre, sauvegarde et catalogue l'audio au fur et à mesure qu'il est généré, logiciel qui lui a permis d'improviser pendant des heures sans se soucier de savoir s'il avait tout enregistré ou non.

Il s'est retrouvé avec une énorme archive de samples et d'idées, simplement en expérimentant pendant plusieurs mois, et il a pu facilement composer un album à partir de ce matériau. Composé pendant le confinement, Tread est un ensemble de considérations sur la famille du producteur et de souvenirs des quartiers où il a grandi, des fêtes auxquelles il a participé et de la musique qu'il a écoutée. Un peu à la manière de son premier album, Tread donne une sensation de pensées diverses qui défilent de façon constante. Rien ne semble totalement linéaire, et les sons sont constamment interrompus, court-circuités ou fragmentés.

Certaines sonorités sont en plus haute définition que d'autres, mais sa musique ici nous paraît aller au delà de la house lo-fi, le micro-genre auquel Ross était initialement associé au milieu des années 2010.
 
L'album débute avec certaines de ses mélodies et accroches les plus distinctives, avec le morceau d'ouverture "The Daisy" qui place des synthés moelleux et facétieux et des samples de chant haut perchés et passionnés pour faire passer le message :  "I want an ordinary love" sur des breaks dégringolants. Puis le titre"Love Divide" accélère le pied sur une mélodie de transe pleine de rebondissements qui rappellent un peu des productions à la Four Tet aux sommets un poil plus transe, associée à des roucoulements vocaux  R’n’B obsédants qui forment parfois des phrases. Plus loin, le morceau "A Brand New Start" est un changement de ton inattendu de soul downtempo filtrée, lunatique et étrange, avec des voix granuleuses et un rythme lent.  

Le titre"Spatter/Splatter" est un virage encore plus inattendu, proposant un collage de bruits de rue, de tambour à la peau détendue et de voix d'enfants déformées, pour finalement atterrir sur un séquence inattendue de breakbeats  style drill'n'bass. Les deux dernières tracks portent le nom du plug-in Thresho, "Thresho 1.0" qui se révèle un morceau d’IDM mélancolique qui s'enflamme de distorsion à la fin, et "1.1" étant une interprétation isolée de la mélodie de boîte à musique du morceau précédent.

Tread est l'album sur lequel Ross From Friends semble avoir pris le plus de risques et donc le plus exploratoire, sr lequel le producteur semble plus enclin à explorer des souvenirs enfouis et à créer des sons plus étranges, étirant sa musique vers quelque chose de moins catégorisable ou confortable qu'auparavant, et ce n’est pas pour nous déplaire.

https://www.rossfromfriends.net/

Emission de la semaine

Nouveautés

Playlists du mois