Luke Titus est un prodige de la scène hip-hop et du jazz d'avant-garde de Chicago depuis son adolescence. Il est d’ailleurs connu pour ses talents de batteur venu d’un autre monde et ses collaborations de qualité avec des artistes comme Noname, Phoelix, Sen Morimoto et Ravyn Lenae.

Et en tant qu'auteur-compositeur-interprète, multi-instrumentiste et producteur, Luke Titus est capable de faire s’accorder des univers musicaux apparemment disparates, que ce soit avec un jeu de batterie jazz syncopé à de la musique glitch, en passant par la drum & bass, le chant R&B et la synthpop voluptueuse, le jeune prodige de 24 ans ne s’interdit rien.

Sur son premier album solo intitulé Plasma, il joue la plupart des instruments

Luke Titus alterne entre une batterie frénétique, des guitares et basses influencées par le math rock et des pianos et rythmes R&B. Il nous offre à entendre non seulement sa maîtrise technique de chaque instrument, mais aussi l’âme qui transpire de ses compositions. Il se révèle alors comme un chanteur espiègle au falsetto doux, qui chante l’amour et les hauts et bas de la vie.

La musique et les productions de Luke Titus sont remplies de nuances et de tiroirs, et chaque nouvelle écoute de l’album Plasma révéle une nouvelle perspective.
Il débute avec le titre “Air” sa collaboration avec Sen Morimoto, qui réunit des pianos hip hop lo-fi, des percussions breakées et des samples de saxo pour une musique qui vous propulse en pleine descente d’un grand huit.

Le reste de la première moitié de l’album continue sur cette voie, avec Luke Titus qui intercale des rythmiques staccato et rapides avec des synthés riches et sirupeux et son chant falsetto bien à lui. La collaboration avec Ravyn Lenae “Today” est un exemple particulièrement intense de ces contrastes sonores abrupts.

La deuxième partie de l’album offre une ambiance un peu différente car Luke Titus y propose des chansons pop plus raffinées, pleines d'arrangements orchestraux, de chœurs endiablés et de mélodies fantaisistes mais mélancoliques qui offrent un espace pour respirer et un temps pour les sentiments.

Dire que la musique de Luke Titus abolit les frontières de genres ne serait pas faire honneur à la complexité du sampling et des instrumentations qu’offre l’album et comme le dit Luke Titus lui-même “Le plasma n’a ni forme spécifique ni volume constant”.

https://soundcloud.com/luke-titus

Emission de la semaine

Nouveautés

Playlists du mois