Avant la sortie de son premier EP en 2017, le batteur Ian Chang était déja bien intégré au sein de la scène rock experimental et indie de Brooklyn, jouant avec différents groupes dont Son Lux et Landlady. Diplomé de l’université de New York en jazz et avec un certain penchant pour les boucles rythmiques fluctuantes et  tout aussi décalées que restant parfaitement dans le temps, il a aussi commencé à s’aventurer dans le royaumes des tonalités, au delà de son simple rôle de soutien rythmique. 

En tant que pionnier du nouveau système Sunhouse sensory percussion qui permet d’utiliser sa batterie acoustique pour produire une variété illimitée de sonorité via un ordinateur, son premier EP explorait déja les thèmes de l’homme contre la machine, alors qu’il utilisait sa batterie comme un véritable synthétiseur

Ian Chang a alors déménagé à Dallas, où il a travaillé sur son premier album intitulé Belonging, dans son home studio. 

Et alors qu’il utilise encore une fois le système Sensory Percussion, contrairement à l’EP Spiritual leader qui était exclusivement instrumental, il a cette intégré des chanteuses sur certains morceaux. L’un de ceux-là est d’ailleurs “Comfort Me” qu’on vient d’écouter, avec Kiah Victoria au chant et des accents R&B, sur une musique combinant les rythmiques bancales de Ian Chang, une ligne basse mélodique et légèrement funky, et des nappes atmosphériques dont des boucles grinçante et flottantes et une guitare. Le chant mélismatique de Kiah Victoria  plein de désir donne au morceau un côté plus accessible, qui donne envie de chantonner avec elle. 

Les deux autres invitées sont Kazu Makino de Bonde redhead sur l’étrange mais spacieux morceau “Audacious” et Hanna Benn, qu’on a déja entendu chez Son Lux ou Kindness et qui se sert davantage de sa voix comme d’un instrument sur le titre Bird’s Tongue, qui repose intégralement sur des samples. Plus instrumental, “Zoetrope” est une expérimentation glitchy sur le rythme et les textures sur lequel il a invité un autre membre de Son Lux, Rafiq Bhatia à la guitare. La tête pensante de Son Lux, Ryan Lott a pour sa part pris en charge le mixage de l’album. 

Pris dans son ensemble, le premier album de Ian Chang est sans doute un poil trop éclectique, mais il est fascinant dans ses effets kinétiques, et lors des accroches mélodiques occasionnelles qui gardent un orteil dans la pop plongé dans un grand bain d’expérimentations .

https://www.facebook.com/ianyhchang/