Il y a une dizaine d’année, Stella Chronopoulou a commencé sa carrière comme graphiste pour divers magazines, un travail dont elle est vite revenue. Et la crise financière grecque s’est finalement avérée être particulièrement libératrice sur un plan personnel, et l’a enjointe à se concentrer sur ce qui la passionnait vraiment, et à amorcer ce virage vers la musique.
Après avoir fait partie du groupe electro-rock Expert Medicine en 2010, elle a co-fondé le groupe de dream-pop Fever Kids l’année suivante puis a faire ses premiers pas en solo en 2011

A l’international, elle est davantage connue pour ses collaborations, notamment celle pour son compatriote producteur electro NTEIBINT à la faveur de morceaux qui tiraient davantage vers l’Indie, la nu disco et la deep house et qui ont trouvé leur chemin vers les sets de DJ réputés comme Adam Port ou Chaim.

Tout au long de ce nouvel album The Break, la compositrice et chanteuse Stella nous dépeint une série de scènes et portraits musicaux sur des toiles synth-pop qui trouven la juste mesure entre dancefloor et un côté plus lounge.
Le thème de la transformation traverse l’album jusqu’à sa pochette qui la dépeint avec des ailes d’oiseau. Ainsi sur le morceaux “Simon Says”, on est transporté dans une maison du centre-ville où tout a changé sauf la perception de Stella de cet environnement, sur le titre “Forest” la voilà qui trouve un joli endroit où se rencontrer, proposant de ramener la bière tandis qu’elle demande à l’autre de ramener le vin. Et sur le morceau “the Break” qui a donné son nom à l’album, son interlocuteur dans en rythme dans une rue inconnue.
Avec deux albums au compteur et de multiples collaborations, elle a rencontré un certain succès national, mais qu’à présent elle veut ouvrir la conversation musicale à un public plus large.

Elle a donc choisi de s’associer au label Montrealais Arbutus Records et de produire ce nouvel album seule, sans l’aide de NTEIBINT cette fois. Et le résultat montre alors une grande liberté, laisse entendre beaucoup de spontanéité dans sa réalisation, et se situe dans le spectre le plus ensoleillé de la pop synthétique avec des rythmes bondissants et des mélodies joyeuses. Une émancipation plus que réussie, qu’on vous recommande chaudement.

https://www.stellawithasigma.com/