angel-olsen.jpg

Après l’album "Burn your Fire for no witness" qui l’a fait connaître à la face du monde par son succès, Angel Olsen revient avec un quatrième album , My woman, qui la voit passer d’un statut de crooner acoustique tourmentée à celui de véritable chanteuse indie rock, toutefois encore capable de proposer des compositions hautement intimistes.

Son expression musicale y est cependant encore plus diverse, que ce soit avec l’utilisation parcimonieuse d’éléments électroniques, et surtout une extraversion qu'on ne lui connaissait pas auparavant. Cette diversité dans l’interpretation est induite par l’histoire racontée par l’album , celle d’une love story maudite contée en plusieurs étapes, mais toutes d’un point de vue féminin. Le premier titre raconte alors comment elle s’essaie à nouveau à l’amour, un peu à contrecoeur, préfigurant une mauvaise augure avec “ Peu importe qui tu es ou ce que tu fais, quelque chose dans le monde se moquera de toi”. On y retrouve pour la première fois des éléments électroniques aux qualités atmosphériques, qui préparent l’auditeur à cette nouvelle palette dès les premières secondes.

Quelques morceaux plus tard c’est Shut up & kiss me qui la voit aborder une attitude plus agressive et rock qu’à l’accoutumée pour dépeindre une passion débridée et pleine de désir.

C’est ensuite la dépendance qui s’exprime sur “Give it Up” et l’insécurité sur “Not Gonna kill you” qui font parler l’électricité des guitares avec un clin d’oeil à l’attitude grunge un peu désabusée, suivis d’arrangements plus épurés à mesure que les sujets deviennent plus philosophiques et mélancoliques comme sur “Sister”.

Si certains titres apparaîtront surprenants aux fans, on ne peut cependant pas parler de changement de style pour Angel Olsen si l’on prend en compte l’ensemble de l’album. Les nouveaux éléments plus électriques servent ici les propos d’une compositrice qui souhaite raconter une histoire et montrer par tant une palette plus large d’émotions.

https://angelolsen.com/