wild_nothing_life_of_pause.jpg

La  Chillwave de Wild Nothing est de retour et c’est justement  notre fâcheuse mais nécessaire tendance à nous journalistes de toujours vouloir catégoriser la musique qui a notamment guidé l’écriture de ce nouvel album pour Jack Tatum. Il a voulu selon ses dires, faire un véritable effort pour différencier ses nouveaux morceaux de ce qu’il  a pu composer auparavant.

A l’écoute de son nouvel album Life Of Pause, on peut dire qu’il a su se réinventer sans que cela apparaisse drastique d’ailleurs puisqu’on arrive à reconnaître sa patte tout en le voyant explorer de nouveaux territoires comme le morceau Japanese Alice très électrique et rock, ou encore le R&B hallucinogène de Woman’s Wisdom. On peut déceler un clin d’oeil au groupe Talk Talk avec la new wave du morceau TV Queen mais aussi au tropicalisme et à la polyrythmie avec le morceau Reichpop qui ouvre l’album.  

Pour réussir ce pari, il a confié la production à Thom Monahan qui a su sublimer la musique de Devandra Banhart ou de Beachwood Sparks par le passé et s’est fait accompagner en session par trois batteurs différents dont le batteur John Ericsson de Peter, Bjorn and John et par le guitariste de Medicine, Brad Laner.

Et si vous aimiez Wild Nothing tel qu’il se présentait jusqu’alors, vous saurez vous rassurer avec le morceau Adore, qui reste un peu dans la veine de son single Nowhere de 2012. Life on Pause est donc un album riche qui atteint son but, celui de se renouveler sans perdre ce qui faisait l’identité de Wild Nothing, et une belle addition à une discographie plus qu’honorable.

https://www.facebook.com/wildnothing/