Avec vingt ans d’une carrière qui ne s’est pas contenté de n’influencer que des groupes mais des scènes entières, on aurait pu croire que le groupe aurait pu se contenter de dormir sur ses lauriers. Et même si leur nouvel album The Catastrophist fait honneur à leur identité musicale construite autour d’expérimentations polyrythmiques sur les textures, le timbre et les dynamiques sonores, il y a également d’indéniables nouveautés, comme deux morceaux incluant des voix par exemple, des nouveautés qui laissent penser que le groupe prend toujours autant de plaisir à investiguer et à s’en amuser. Qui aurait imaginé qu’ils iraient reprendre le morceau Rock On de David Essex et le transformer en un morceau aussi musclé ? Et quand Georgia Hubley, échappée de Yo La Tengo, prête sa voix à l’onirique balade Yonder Blue, on s’émerveille de voir à quel point ce groupe si habitué aux morceaux uniquement instrumentaux a su inclure l’instrument vocal dans les arrangements. Autre plaisir de cet album : entendre à quel point tout coule de source malgré la complexité, avec la virtuosité qu’on leur connait.

Si vous étiez fan de Tortoise, cet album plus “ouvert” ne vous décevra pas pour autant, et si vous les découvrez alors vous avez la chance d’être tombés sur la porte la plus accessible pour pénetrer la cathédrale baroque que représente leur discographie.

https://www.facebook.com/TRTSband