Ce producteur Mexicain a choisi de venir s’épanouir et développer son projet musical en Europe, continent offrant davantage d’opportunités pour la musique électronique selon lui. Et si c’est d’abord à Berlin qu’il a posé ses flight cases, c’est le label parisien Infiné qui l’a accueilli pour son premier album “On your own again” en 2011, dont la musique électronique lorgnait bien au delà du dancefloor, sur le Post-punk et le shoegaze et aussi sur les références du label 4AD.

Pour son nouvel album qu’il a intitulé “Elegiac”, il se réinvente non pas pour renier le passé mais pour l’honorer par de nouveaux accomplissements, fort de ces expériences qui l’ont forgé en tant qu’individu et artiste. Et parmi ces expériences, la plus prégnante reste celle du voyage, de l’exil ou du nomadisme selon le regard que chacun peut porter à ce phénomène tout aussi excitant que porteur de traumas.

Musicalement, cela se traduit par une expression moins tapageuse que ses débuts technos, avec des morceaux profonds, contemplatifs et sombres , qui rappellent autant les envolées épiques d’Apparat que de Trentemoller et nous invitent à se laisser porter par sa vision pop d’une musique électronique mélancolique, sombre et mystérieuse.

Il est aidé vocalement dans cette entreprise par les chanteuses Cyane de Mexico, Yasmin Hamdan du Liban, Pris Wayland de France et de Born in Flamez : Une énigmatique entité non genrée qui réside elle à Berlin. Cubenx nous offre donc avec Elegiac un nouvel LP qui conjugue classe, émotions et synthèse à travers 11 morceaux qui réussissent le tour de force paradoxal d’être aussi homogènes que diversifiés.

https://cubenx.com/