Girls_Names_-_Arms_Around_A_Vision_1433154601_crop_550x550-2.jpg

Après avoir rebattu les cartes avec leur deuxième album, abandonnant leur noise pop pour un post-punk désabusé, Voici Girls names qui enfonce le clou du désespoir avec leur troisième album “Arms Around a Vision” qui enlève un peu de vernis à la production et rajouté un peu de gravier aux arrangements. Tout y apparaît plus rugueux et plus puissant, avec larsens dans les guitares et une batterie lourde alors même qu’ils ont aussi su se faire plus nuancés dans la construction des morceaux, avec des changements de dynamique dans les morceaux voués à toujours surprendre l’auditeur.

Cette nouvelle approche leur permet de faire passer davantage d’émotions, avec le chanteur Cathal Cully plus expressif lui aussi à cracher sa bile à la face de l’auditeur ou déchirant les morceaux de sa voix avec la présence théâtrale d’un Nick Cave, la démence d’un Ian Curtis de Joy Division, et le timbre de voix d’un André Vikingsson de Bye Bye Bicycle .

Sa présence se fait d’ailleurs sentir bien en avant dans le mix comme jamais auparavant, et s’il faudra un peu de temps à ceux qui connaissaient déja la formation pour s’habituer à ces changements, une fois sur les rails il devient aisé de se laisser porter par les harmonies de guitares et synthé, les mélodies accrocheuses et les rythmiques métronomiques et parfois motorik. Arms Around a vision est donc un album qui demande à être dompté au départ mais qui procure beaucoup de plaisir et dans la durée, comme cela est la règle pour les albums les moins immédiats.

https://www.facebook.com/GirlsNames