arielpink_pompom.jpg

Nouvel album pour Ariel Pink, une personnalité étrange qui divise les amateurs de musique, entre génie et imposture

Et ce n’est pas sa récente déclaration selon laquelle Madonna aurait tenté de le contacter pour relancer sa carrière, selon lui en déclin, qui va l’aider à convaincre ceux qui penchent plutôt pour l’imposture, surtout depuis le démenti de Madonna elle-même. Une déclaration qui lui a attiré la foudre de nombreux internautes. On pourrait dire qu’il faudrait séparer l’homme de l’œuvre pour être tout à fait impartial mais comment oublier ses facéties Glam et travesties d’un Ariel Pink capable de venir jouer à un talk show américain grimé en petite filles avec des couettes, et comment séparer ces extravagances de celles de ses compositions aussi incroyablement barrées qu’incroyablement justes et inventives.

L’album « Pom Pom » est une nouvelle pierre ajoutée à son oeuvre digne d’un freak show où la monstruosité est adoucie à grande dose de sucre, de décalage, de psychédélisme et surtout de bonnes mélodies torturée à loisir par leur créateur. On s’y surprend à tour à tour sautiller, headbanger, à être effrayé puis juste après finir mort de rire tout en se demandant ce qu’on est en train d’écouter, déprimer deux minutes pour finalement danser comme dans les sixties tout en en ayant plus rien à foutre, complètement contaminé par le n’importe quoi élevé au rang de religion.

Ce qui surprend le plus quand on ressort de l’écoute de Pom Pom, c’est qu’on est éreinté, à bout de forces mais qu’on en redemande. Un album à recommander à ceux qui aiment leur musique en camisole de force et avec un apparent second degré qui cache soit un grand talent, soit une géniale imposture car le mystère n’est pas encore résolu et n’est pas prêt de l’être je l’espère.

https://www.facebook.com/arielxpink