kindness.jpeg

Le nouvel album de Kindness a beau s’intituler Otherness, il n'évolue pourtant pas si loin de la pop R’n’b très eighties de son prédécessseur “World, you need a change of mind”, sorti il y a deux ans.

Il convoque les même émotions mais à travers une palette beaucoup plus calme et introspective. La spontanéité du jazz s’y accorde parfaitement à l’expressivité et l’accessibilité de la pop, comme dans le morceau “Who do you love” dans lequel il collabore avec la chanteuse suédoise Robyn.

Voilà encore un deuxième album qui fait le plein de collaborateurs, sûrements séduits par le premier, ou rencontrés en chemin par Adam Bainbridge, avec l’icône Scandinave Robyn comme on vient de le dire, mais aussi Devonte Hynes plus connu comme Blood Orange, le rappeur Ganéen M.anifest, ou encore Ade et Kelela, ex-choristes d’Amy Winehouse. L’ensemble laisse en tout cas songeur car il souffle à la fois le chaud et l’aseptisé, le sexy et le mélancolique, le sophistiqué et le suranné.

On ne sait plus trop si l’on s’y ennuie ou si l’on s’y détend, entre deux titres plus rythmés et enlevés, si l’on y croise du génie ou plutôt un producteur malin et cultivé qui a bien appris ses gammes.

Difficile donc de tout à fait adhérer d’emblée à l’ensemble des 11 titres qui composent l’album Otherness, mais il est certain que des pépites peuvent en être extraites, comme ce World Restate qu’on va s’écouter à présent, et que d’autres pourraient sans doute se révéler avec le temps.