Dj Koze c’est Stefan Kozella, un DJ qui s’est distingué pendant 13 ans de carrière à ce jour comme l’un des producteurs les plus espiègles et joueurs de la scène minimale allemande. A travers ses remixes et ses propres productions il s’est forgé une réputation d’orfèvre à la démarche favorisant la légèreté, mais une légèreté à l’esprit particulièrement culottée.

On lui connaît également un certain sens de l’absurde allié à un talent particulier pour ne pas épargner la beauté d’un trait d’humour qui lui viendrait à l’esprit. C’est particulièrement le cas sur Amygdala, son deuxième album en son nom propre dont la couverture le voit chevaucher vêtu d’une simple robe de chambre et d’un casque de mobylette sur la tête un pauvre cervidé qui n’en demandait pas tant.

Pourtant, il faut prendre le personnage au sérieux, car il a sans doute produit là un album qui va participer à rendre encore plus populaire l’electro minimale auprès d’un public plus large et gagner encore davantage de coeurs au sein d’un public comme celui de Novorama, amateurs de musiques pop expérimentales, protéiformes et  indépendantes.

Et pour cela, il s’est fait aider par différrentes figures telles que Caribou, dont la démarche n’est pas si lointaine malgré un parcours totalement inverse à celui de DJ Koze, lui qui a commencé par l’indie rock assisté d’électronique pour continuer dans l’electronique assisté d’indie rock. Sont également présents dans le casting Matthew dear, Apparat, Milosh et d’autres noms plus confidentiels qu’on vous laisse découvrir.

En conclusion, avec Amygdala qu’il a sorti sur son propre label Pampa records, Dj Koze a réussi son pari qui l’a amené à s’éloigner des clubs pour produire un album plus ouvert et plus pop tout en gardant un pied rythmique qui rend hommage à sa carrière dans la minimale allemande.