Nous les avions découverts avec leur album Too beautiful to work, sorti en 2011 et bien ils nous sont revenus le 15 octobre avec la suite qui s'intitule Animator et qu’ils sortent sur le label paper bag records. Ce nouvel album de The Luyas est une élégante voire somptueuse collection de titres empreints de cœurs brisés, et de sentiments forts, ceux qui surviennent à la perte d’un ami proche.

 

L’humeur générale de l’album est donc celle du deuil et d’une sorte de recueillement mais qui repose sur un ensemble orchestral de nombreux instruments dont certains assez rares comme le moodswinger une sorte d’étrange slide guitar qui se joue avec un tournevis qui passe sous les cordes, ou encore le cor d’harmonie. Et cette multitude d’instruments qu’on a souvent peine à identifier et à distinguer créent une beauté quasi-machiavélique qui permet d’attenuer la tristesse et la douleur dans laquelle cet album a visiblement trouvé sa genèse.

Leur indie rock orchestral est aussi parfois bousculé par des éléments électroniques dont les teintes s’accordent parfaitement à la tonalité électrique qui domine l’album. The Luyas se sont aussi fait prêter main forte par leur ami Owen Pallett au violon, qui trouve parfaitement sa place dans leur univers qui s’inscrit parfaitement dans la scène Montréalaise que l’on connaît, celle d’amoureux des arrangements orchestraux, des morceaux riches et épiques et des atmosphères éthérées qu’inspirent les manteaux neigeux et les hivers rigoureux.

www.facebook.com/the.luyas.band

www.myspace.com/theluyas