Du nouveau chez Tigersushi : « My sister Klaus ». Derrière ce nom se cache Guillaume Teyssier, un étrange personnage qui aime cultiver son ambigüité ; on l'a constaté dernièrement dans l'album de Joakim et Poni Hoax.

 

Torturé et compliqué, Guillaume aka My sister Klaus écrit lui-même ses chansons pour mieux se connaître, dit-il. Influencé par la culture anglo-saxonne, My sister Klaus écrit aussi bien en anglais qu'en français. Très jeune, il écoute le Velvet Underground et les Rolling Stones, des inspirations qu'on ressent clairement dans sa musique. On remarquera également l'emprise qu'ont eu des artistes français comme Daniel Darc ou Serge Gainsbourg sur ses textes. Avec une voix de rockeur désinvolte, My sister Klaus voudrait nous faire l'histoire du vieux provocateur en mal de sensation forte, prêt à tout casser pour un rien. Ce disque révèle effectivement le malaise que l'artiste aime tant mettre en avant par des titres à la fois calmes et nerveux. My Sister Klaus ne serait-il pas tout simplement lunatique ?

 

My sister Klaus « château rouge »

(Tigersushi – Fevrier 2007)

 

Lien : www.myspace.com/mysisterklaus

 

tracklist:

1 Privateer

2 Chateau Rouge

3 Call Yourself

4 Kicks Of Sand

5 Do Wake

6 Off White

7 La Tour De Nesles

8 Miss Lou Got Lovers

9 Electric Hindu

10 Interlude

11 She Shines

12 China Gun

13 Stereo Eyes

14 Dharma Man