La crise ne touche pas seulement le milieu économique, elle touche aussi la démocratie, c’est que nous rappelle Naab dans son nouvel album « democrisis ». Ce brestois d’origine marocaine revient 6 ans après la sortie de son premier album « Salam Haleikoum ». Utilisant des discours ou répliques de films dans ses morceaux pour faire passer ses idées, Naab n’oublie pas de se moquer de notre société en fustigeant une guerre probable entre les riches et les pauvres. Mais au-delà de l’aspect social de cet album, les morceaux de Naab sont autant d’aspirations pour la diversité musicale.

 

Influencé très tôt par la musique de ses ancêtres berbères, Naab a fait ses armes dans le hip hop avant de s’en prendre aux machines pour y mélanger aujourd’hui son cocktail explosif d’électro funk. Un artiste hyperactif à la recherche constante de la transe, d’ailleurs dans son nouvel album « democrisis », Naab va encore plus loin dans les percussions, abandonnant peu à peu le trip-hop et l’acid-jazz de son premier album, le groove de « democrisis » remplit ici totalement sa mission de faire bouger les jambes.

 

Et l’alchimie de ce nouvel album fonctionne plutot bien, Naab réussit à nous transporter dans son melting pot ou chaque influence est parfaitement travaillée pour se calquer sur ses mélodies envoutantes.


La musique de Naab s’inscrit également dans la réflexion à l’image du titre « letter to the world » où la voix de l’américaine Emma-Louise Yohanann est mise à contribution dans une chanson citoyenne.

 

Sortie le 30 Mars 2009

Label: Naab Records

 

Clip de democrisis