Cette semaine Novorama a une devinette pour commencer le mois de mai : Quel est selon vous le point commun entre Massive Attack, Brian Eno, David Holmes,  Herbie Hancock et Coldplay ?  Pas facile n’est-ce pas ? Et le pire c’est que les fans de Coldplay sont peut-être les plus à même de trouver à votre place… Rageant n’est-ce pas ?

Et bien ce qui rassemble cette énumération hétéroclite d’artistes, c’est un jeune britannique, génie émergeant de la production et du piano, qui à 28 ans a déjà sorti deux albums et de nombreux Eps.  Jon Hopkins  s’est alors attiré l’admiration de ces pointures de la pop  du trip hop, du jazz et de la musique électronique avec ses compositions ambiant au piano. Coldplay lui ont d’ailleurs piqué le morceau Light through the veins pour l’intro et l’outro de leur dernier album Viva La vida.

 


Pour son nouvel opus intitulé Insides, la musique de Jon Hopkins est un voyage à travers plusieurs univers relativement proches qui lui permettent de garder une certaine homogénéité d’atmosphère. Passé un morceau d’ouverture où domine un violon très folklorique et celtique, Jon Hopkins marche alors sur les plates bandes du Kid A de Radiohead avec le morceau Vessel.  La suite de l’album rappelle tour à tour les pièces classiques et électroniques de Johann Johannson, Max Richter ou des Rachel’s, avec une humeur mélancolique sublimée par les arrangements, puis bousculée ça et là par des rythmiques industrielles et hachées comme sur le titre Insides.
 
Jon Hopkins joue alors avec les contrastes entre le calme et la tempête, entre le groove et le flottement, ou entre le tempo qui se fait aussi lent qu’entrainant.  L’ombre des rythmiques industrielles d’Insides est ensuite compensée par le groove du titre Wire ou encore la luminosité de Light through the veins qui convoque des couches exponentielles de synthés au trémolo sautillant, à la mode M83, dont le style a visiblement fait bien des émules ces mois derniers, avec le nouvel album des Telefon Tel aviv notamment.

Voici donc un album instrumental qui mêle le classique aux musiques actuelles, l’électronique à l’organique, les rythmiques à l’ambiant d’une très belle manière sans être pour autant pompeux, maniéré ou monotone. Dans l’ensemble assez facile d’accès pour un album de cette trempe, il est un point d’entrée idéal pour faire découvrir ces musiques contemplatives aux fans de Coldplay qui ont eu la bonne idée d’offrir leur première partie de la tournée Viva La Vida à ce compositeur et producteur de grand talent. Je viens d’écrire quelque chose de positif en rapport avec Coldplay, je ne vois donc pas d’autres solutions que de consulter un médecin et vous laisse donc regarder ci-dessous le clip de Light through the veins. 

 

 

 

Label : Domino records

 

Myspace : https://www.myspace.com/jonhopkins

 

 

 

Clip :

 

 

 

Tracklist :

 

1 The Wider Sun (2:35)
2 Vessel (4:42)
3 Insides (4:38)
4 Wire (4:41)
5 Colour Eye (5:11)
6 Light Through The Veins (9:18)
7 The Low Places (6:35)
8 Small Memory (1:41)
9 A Drifting Up (6:27)
10 Autumn Hill (2:40)