Amusant pléonasme que ces autochtones locaux (local natives), comme une boutade à ceux qui leur reprochent de n'avoir que trop saisi l'air du temps en reprenant le meilleur des fleet foxes, d'Arcade Fire, de Grizzly Bear et de Vampire Week end.
 
Pour autant, cette remarque s'avère légitime tant ce groupe californien a su capter ce qui se fait de meilleur en indie-pop ou indie-rock ces temps derniers. Par là j'entends des chansons résolument pop par leurs mélodies entêtantes et légères, orchestrales grâce à de superbes arrangements sans être grandiloquants. 

 

Mais ils sont aussi à la fois totalement indie et dans l'ère du temps dans leur façon de déconstruire le format pop et d'aller lorgner vers des rythmiques tribales ou parfois afrobeat. Gorilla Manor est un premier album très concluant, sans passage à vide et qui bénéficie d'un très bon écho sur les prestations scéniques qui l'ont devancé. A ne pas manquer !

 

 

Label : Infectious

Myspace : www.myspace.com/localnatives 

 

track listing

 

1. Wide Eyes

2. Airplanes

3. Sun Hands

4. World News

5. Shape Shifter

6. Camera Talk

7. Cards & Quarters

8. Warning Sign

9. Who Knows Who Cares

10. Cubism Dream

11. Stranger Things

12. Sticky Thread