Voici un nouvel album qui arrive un peu comme une surprise, huit ans après le premier album du trio Ultraista, réunissant Joey Waronker, Nigel Godrich et Laura Bettinson.
 Intitulé Sister, il nous offre une nouvelle collection de morceaux à l’environnement sonore glacial et aux rythmiques cosmopolites qui résonne avec le malaise contemporain. Les fans du producteur Nigel Godrich et du jeu de batterie versatile de Joey Waronker trouveront leur bonheur dans les rythmiques bancales, les synthés ruisselants et les mélodies electro-pop baroques de l’album Sister, dont la plupart rappelleront la production de Nigel Godrich pour Radiohead et les albums solo de Thom Yorke, ou encore la batterie de Joey Waronker pour l’autre projet de Thom Yorke, Atoms for Peace.

L’album s’est construit à partir de sessions d’improvisation, et ses neuf morceaux ne peuvent totalement s’apprécier qu’après des écoutes répétées, étant donné leur richesse et leur originalité.
Les morceaux forts occupent la première partie de l’album avec “Tin King” qu’on vient d’écouter, “Harmony” et Anybody” qui plantent le décor avec une cadence stable et tournoyante à la fois.
La deuxième partie de l’album voit Nigel Godrich appliquer le même genre de couches de cordes abrégées à la façon de l’album A Moon Shaped Pool de Radiohead.

Ailleurs , une pulsation motorik qui ne cesse de se métamorphoser emmène le morceau “Ordinary Boy”, et sur “Mariella”, l’instrumentation à combustion lente donne l’espace nécessaire à Laura Bettinson pour s’exprimer pleinement. Puis le titre “Bumblebee” à une introduction complexe qui donne au refrain des qualités riches et propices à donner la chair de poule avec sa perfection glaciale.
Aussi hypnotique que riche avec ses variations mélodiques surprenantes, l’architecture sonore luxuriante de l’album Sister, avec l’écriture en forme de monologue intérieur et le chant détaché de Laura Bettinson, représentent les meilleurs atouts de ce que le trio Ultraista a à nous offrir.

https://ultraista.bandcamp.com/album/sister