Tushen Raï et Cornelius Doctor, les deux boss du label Hard Fist dévoilent leur sélection musicale à Novorama. Ça fait presque 10 ans que ce label lyonnais fait tourner les têtes. A Montreuil ; ils proposent deux soirée en mars et Avril au Chinois. On vous invite d’ailleurs le 23 Mars pour leur date avec  l’espagnol Bawrut qui a signé dernièrement un EP "Drums of Passion" sur Hard Fist. Un coup de coeur !

 

Sélection de Tushen Raï

Eddy Louiss - Les Éléphants / La Frette Music – 1983

Peut-être le morceau le plus dingue que j’ai été amené à écouter dans ma jeune vie. Jazz minimaliste basé sur des synthétiseurs Fairligh et Dx 7, des percussions électroniques d’époque et des petits chorus trippy. On peut considérer ce track comme l’avant garde du mouvement afro dans les musiques électroniques européennes. C’est mon pote De Los Miedos (big up à lui) qui me l’a fait découvrir dans un de ses mix pour notre emission “Ride the Rhythm” sur Nova Lyon, j’ai entendu ça, je suis devenu fou. Le jazzman français a sorti “Les Elephants” sur un disque promo tiré à 1000ex en 1983. Le disque ne voit finalement pas le jour et ne sera jamais vendu au public. Il faut attendre 1992 pour voir le morceau sortir sur son album Wébé (seulement en CD … larme), réorchestré et hélas beaucoup moins intéressant, sous le nom de "Le Petit Cheval de Belfast” ; le titre “Les Elephants” présent sur cet album étant un tout autre titre… Certainement une erreur. A l’époque où De Los Miedos l’a joué dans notre emission, il était impossible de l’écouter sur internet, alors j’écoutais le track en boucle dans son set. Depuis, un bienfaiteur de l’humanité l’a partagé avec le monde, donc je le partage avec vous.

PS : Si quelqu’un à une copie de ce disque à vendre, échanger, qu’il me contacte !

 

Okay Temiz & Oriental Wind – Kabak Tatlisi / Sun Records – 1979

 

Les productions jazz, funk, psych rock des années 70 au Moyen-Orient sont une source d’inspiration très forte pour moi. De "Abu Ali" de Ziad Rahbani à "Dance Of Maria" de son frère Elias, en passant par "Burçak Tarlaları" de Mustafa Özkent ou "Dam Üstüne Çul Serer" de Feride, le Moyen-Orient a de mon point de vue connu un âge d’or musical dans l’histoire des pop cultures, bien qu’il soit injustement peu considéré. Okay Temiz est un acteur clef de cette révolution en Turquie. Avec une quarantaine d’albums au compteur, ce musicien jazz a cassé les codes et croisé les influences avec une liberté incroyable. C’est vraiment une discographie que j’adore.

“Kabak” tel qu’il est nommé sur l’album “Zikir” du groupe Oriental Wind dont il était le leader est un morceau de trance mystique basé sur des percussions, des cris et autres bruitages. Même s’il peut sembler brouillon, difforme, ce track est d’une virtuosité vertigineuse. Sa puissance mystique, ses rythmes hypnotiques sont des éléments que je cherche à retranscrire dans mes sets et mes productions.

(Désolé pour la qualité du son, c’est la seule version du morceau original que l’on peut trouver sur internet).

 

Uele Kalabubu Et Sa Tribou ‎– Afro Ground / Durium Start – 1977 (Italian press)

Je crois que je n’aurais aucun mal à envoyer ce morceau à quelqu’un qui me demanderait de définir ma musique. C’est vraiment l’esprit dans lequel je joue en ce moment, dark, percussif, mystic, improvisé, bancal, sauf que ça date de 40 ans. J’aime appelé ça “Ritual Dark Disco”. Ça ne veut pas dire grand chose, mais pour moi ça fait sens. D’un côté on a les codes de la Dark Disco, percussive mais sombre, répétitive, saturée. De l’autre, il y a cette "trance organique" issue des rites et des cérémonies spirituelles traditionnelles. Celle-ci m’intéresse beaucoup, car c’est quelque chose qui c’est clairement perdu dans nos sociétés contemporaines. La globalisation et le développement des sociétés industrielles ont, en moins d’un siècle, évincé ces traditions et rites singuliers, symbole des cultures régionales, communautaires. C’est un truc que je déplore, et pas que d’un point de vu musical.

J’ai spécifié “italian press - 1977” parce que cet album a été (re)édité de nombreuses fois dans le monde et dans le temps. Sur cette édition, le groupe de Uele Kalabubu est “Sa Tribou” au lieu de sa “Tribu”. Une petite erreur qu’on aime beaucoup avec le Docteur. On bosse d’ailleurs un track à trois avec Bawrut autour de ses morceaux pour la release #4 du label … Et on l’a appelé “La Tribou” en hommage. Mais chut !

 

Caribou ‎– Californie / Eurodisc – 1977

Alain Milon au piano c’est quand même quelque chose d’extraordinaire. J’ai peu d’infos sur ce side project du légendaire claviériste de Cortex si ce n’est que le disque est super galère à trouver, à moins d’être prêt à s’amputer d’un poumon pour se le payer sur Discogs. Sous Caribou, Milon n’a sorti qu’un 45 tours en 1977 où on retrouve deux tracks “Californie” sur la face A (LE track du disque) et le nettement moins bon Stevie sur la face B (le chant me rappelle Julien Clerc …). Une vraie merveille Jazz/Funk 70’s faisant clairement honneur à la France qui, à l’époque, ne sortait quand même pas grand chose de signifiant dans le registre. Bref, tous les matins au réveil, pour soigner les gueules de bois, le manque de sommeil et redonner foi en l’humanité.

 

Frank Agrario – Uno Y Dos (Jonathan Kusuma Remix One) / Tom Tom Disco – 2017

 

Mon track du moment ! Sorti sur le très bon label Tom Tom Disco, j’ai mis pas mal de temps à tomber dessus puisqu’il a bientôt un an maintenant. C’est un track de l’Italien Frank Agrario, mais pour être franc, c’est surtout la touche de l’Indonésien (oui oui!) Jonathan Kusuma (au remix) qu’on aime ici. C’est l’un des producteurs qui colle le mieux à l’identité complexe et multiple que l’on cherche à définir pour Hard Fist. On adorerait bosser avec lui dans le futur.

 

Sélection de Cornelius Doctor

 

Arşivplak - 2030 Trip to the Space

Le son organique d’un break de batterie, un pointe d’acid et des envolées cosmiques, le morceau d’un futur fantasmé mais déjà désuet.

 

Becker & Mukai - Night Flier

Morceau à la fois cinématique et dancefloor, on y croise une fanfare, des nappes et une guitare psychédélique, sublimées par une rythmique synthétique.

 

Hysteric - Pulse

Ecouter un EP de Hysteric pour la première fois c’est comme ouvrir le cadeau de tante Ginette à Noël, on ne sait jamais ce qu’on va y trouver. Et pour le coup tout cet EP sur Bahnsteig 23 est excellent avec un coup de coeur pour Pulse.

 

The Golden Filter - End Of Times (Dub Mix)

Appuie sur lecture, allonge toi, et le temps est rhabillé pour 8’27.

 

Synthman - Synths in the Jungle

 

Quelque part dans la jungle new-yorkaise, un type dénommé Synthman a sorti de son studio, que j’imagine plein de câbles et de vieux synthés, ce morceau electro-funk hors du temps.

Liens :