Fools-gold.jpg

L’exploration et le voyage joue un rôle clé dans l’existence de Fool’s Gold, comme sur le morceau I’m In Love qui se présente comme une ode à la Soca des années 70, musique originaire de Trinidad et Tobago ou sur le reste de leur nouvel album Flying Lessons, qui montre leur goût pour le mélange de l’indie-rock et d’une sorte de funk tropical. Le guitariste Lewis Pesacov a été influencé par les musiques du monde dès sa tendre enfance, avec une mère qui écoutait du blues électrique et un père qui a vécu dans le monde entier avant de poser ses bagages à Los Angeles et qui a ramené de ses voyages de nombreux disques de musiques africaines, cubaines et brésiliennes, de reggae, Calypso, Soca, rumba et même de musique classique indienne.

L’album Flying lessons est quant à lui composé d’arrangement luxuriants, des vocaux pouvant rappeler la pop des années 80 et de percussions exotiques et de suites d’accords euphoriques inspirées du style nigérian. Les paroles simplistes et l’ambiance générale peut sembler légère mais certains titres apparaissent plus profonds comme “Don’t Be Like Them” ou “Break The Circle” qui raconte comment ses parents ont vaincu leur origine sociale en émigrant aux USA et en prenant soin de leurs enfants. Après avoir commencé à 15 musiciens, le groupe tourne à présent à 4 membres, après 7 ans d’existence qui ont forgé l’identité unique du groupe telle qu’on peut à présent l’entendre sur ce nouvel album qui sort sur le label Org Music.

https://www.facebook.com/FoolsGoldLA