brns_patine.jpg

Enfin un premier album pour nos chouchous belges de Brns. Un album sorti le mois dernier qui s’intitule Patine et qui ne présente que du neuf, ce qui est plutôt heureux puisqu’ils tournent en concert depuis deux ans et demi sur les morceaux de l’EP Wounded. Nous étions donc particulièrement avides et impatients de découvrir de nouvelles compositions de leur part.

Et on peut dire que nous avons été servis avec les 12 titres que compte Patine, qui ne congédient pas pour autant les références qu’on décelait déja chez eux, que ce soit les expérimentations d’Animal collective ou des premier Grizzly bear, la pop sophistiquée d’Alt-J ou la math-pop mélancolique et rythmée de Foals ou Breton.


Mais si les BRNS peinent un tant soit peu à tout à fait trouver leur identité propre, on peut dire qu’ils y parviennent tout de même sur des morceaux tels que “Omen” ou “Behind the walls”, qui sortent du lot et révèlent une facette plus personnelle.

Leur talent se révèle réellement dans la qualité de réalisation et de composition des morceaux qui sauront toujours surprendre l’auditeur qui ne peut jamais se reposer sur ses attentes. Xylophone, basse, guitare, batterie, mélodica, voix, piano, ou claquement de main sont placés pour mieux être déplacés et créer la surprise. Les expérimentations sonores indie-rock savent se faire entendre avec habilité puisque jamais elles ne sacrifient l’accroche pop qui rend la beauté et la complexité des compositions de Brns si abordable et plaisante.

Mais si ce premier album laisse encore apercevoir une marge de progression certaine et encourageante pour ce jeune groupe, il est aussi très prometteur sur les versions lives qu’on est impatients de découvrir dans nos salles préférées, le groupe n’ayant jamais déçu sur ses prestations scéniques.

https://www.facebook.com/BRNSmusic