glassanimals.jpg

Ces Anglais nous viennent d’Oxford, tout comme Radiohead et Foals avant eux et ils sortiront leur premier album le 10 juin prochain sur le label Harvest records. Et cet album s’intitule Zaba, d’après l’une des histoires préférées du frontman du groupe Dave Bayley : The Zabajaba Jungle de William Steig.

D’autres histoires remontées de l’enfance de Bayley ont d’ailleurs servi d’inspiration pour la musique de Glass animals comme Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad ou encore L’île du docteur Moreau de HG Wells pour développer le thème de la relation de l’homme avec la nature. Côté musiciens, l’inspiration concédée par le groupe est à aller chercher du côté du hip-hop de Kendrick Lamar, d’Animal Collective , de la UK bass de Burial, de Four Tet aussi quand nous y voyons également beaucoup une mise à jour du trip-hop chaud et humide de Massive Attack ou de Morcheeba associé au R’n’b et à l’electro-pop.

Cela donne à entendre des grooves particulièrement atmosphériques, une musique de synthèse chaude et moite sur lesquelles repose délicatement la voix aérienne et sexy de Dave Bayley. Les productions électroniques sont impeccables sans tomber dans l’écueil du “trop” propre ou lisse, comme on a pu le reprocher au nouvel album de Little Dragon cette semaine par exemple.

On recommande particulièrement le visionnage de leurs clips, qui révèlent tout le goût pour l’étrange et le poétique de la jeune formation anglaise qui témoigne d’un sens esthétique très affirmé. 

https://www.facebook.com/glassanimals