Temples-Sun-Structure.jpg

On attendait leur premier album avec impatience car ces jeunes anglais sont un peu la révélation néo-psychédélique de l’année ! Et à l’heure où l’on célèbre les 50 ans de la Beatlemania, il est bon de revenir aux sonorités de cette pop hallucinée avec le panache et le talent des membres de Temples.

Cela fait un an qu'ils font parler d'eux en angleterre, avec un prebuzz assuré par deux grandes figures anglaises du rock : Johnny Marr et Noel Gallagher qui sont visiblement tombés sous le charme. Il faut dire que sur leur premier album qui s'intitule sun structures,Temples marie les expériences sonores des Flaming lips avec le classicisme pop et la science mélodique des Beatles.

 La production sonore est quant à elle digne du label Wall of sound de Phil Spector, mais pour proposer une référence plus contemporaines, ils sont tout aussi capable de venir jouer sur le terrain psychédélique des australiens de Tame Impala.

Peut-être qu'il leur manque simplement un peu d'ingrédients qui les montreraient se tourner davantage vers le futur, et que leur musique tirerait bénéfice d'une attitude un tant soit peu plus libre par rapport à leurs modèles, particulièrement de Marc Bolan du groupe T-Rex dont ils pourraient se revendiquer la réincarnation tellement l'hommage est apparent. Mais au delà de ce petit bémol, les membres de Temples apparaissent comme de merveilleux compositeurs de chansons pop accrocheuses et nourries au paradis artificiels.

Et voici quelques images de leur passage à L'album de la semaine de Canal + auquel nous avons pu assister (merci à Marie de Nosite) :