Des nouveaux venus ? oui et non car DIIV a été fondé par le guitariste de Beach Fossils et l’ancien batteur des Smith Westerns, mais effectivement c’est une tout nouvelle formation qui nous est offerte avec DIIV, qui s’écrit DIIV par respect pour le groupe belge d’indus qui sévissait dans les années 90 et donc éviter les confusions ou même les éventuels procès.

Pour la petite histoire, ce groupe new-yorkais a trouvé son patronyme dans un titre de l’album incesticide de Nirvana auquel d’ailleurs DIIV rend hommage en reprenant un autre titre Bambi Slaughter

 

Toujours est-il que le choix du nom DIVE convenait aux membres du groupes étant tous d’un signe astrologique relatif à l’élément liquide et comme DIVE signifie en anglais plonger, et bien tous se sont accordés à garder ce nom, avec une idée de liquide qui sied très bien à leur dream pop tirant sur le shoegaze, le grunge sous tranxen et parfois le Krautrock dans les rythmiques assez martiale. La voix apparaît quant à elle des plus vaporeuse, noyée dans cet excès de reverb si représentatif d’une scène indépendante très actuelle.

Leur label n’est autre que Captured Tracks, qui avec Holograms, The Soft Moon et Wild Nothing devient pour nous encore une fois une référence à suivre !

https://www.facebook.com/diivnyc