Jenny Wilson, voilà encore une jolie découverte du festival Les Femmes s’en Mêlent. La belle scandinave au regard bleu curaçao et aux lèvres carmin impose son style jazz baroque avec une élégance impressionnante. Sur scène, sa présence et son charisme étrangement naturels sont à vous couper le souffle. La maturité de ses 35 ans est bien là : subjuguante, hypnotisante, presque intimidante, elle réussi à vous faire tout oublier. Le temps s’arrête, on écoute, on savoure et on admire.

 

La superbe est une obstinée, en 1997 elle monte un groupe Fisrt Floor Power qu’elle finit par quitter en 2004 pour entamer une carrière solo. Ses envies et ses ardeurs artistiques sont tellement bouillonnantes qu’elle se sent vite étriquée. L’oiseau cherche à s’envoler et s’envole vite !

 

Deux ans plus tard elle sort son premier album Love & Youth qui rencontre un petit succès mais néanmoins remarqué dans la Suède underground aux goûts bien aiguisés. Loin de sentir le réchauffé, son travail intrigue. Elle marque son originalité en piochant dans les rythmes de Nina Simone, le groove de Missy Elliot et les envolées vocales de Kate Bush. Un mix étonnant presque impossible. Pourtant le défi est relevé.

 

Avec Hardships ! son deuxième album, elle utilise ses cordes vocales comme un instrument à part entière. Elle fait swinguer sa voix haut perchée et s’amuse autant qu’elle peut à jouer avec. Musicalement, c’est une explosion de sonorités, flûte traversière, violons, cuivres, piano et même xylophone ! Mais la dame au look de femme fatale ne s’arrête pas là, même son corps joue de la musique !

 

Clappements de mains et claquements de doigts viennent « popiser » tout ça dans un style très folk lyrique ambiance cabaret chic et sauvage. On l’inviterait bien dans notre salon pour impressionner nos parents autour d’un bon Château Margaux.

 

Elle empreinte de temps en temps quelques sonorités R&B qu’elle ajoute en petites touches, toujours de façon très légère pour apporter un peu de soul à ses morceaux. Jenny Wilson nous rappelle parfois Feist ou Regina Spektor, mais son style reste unique, c’est classe et sombre à la fois. Pour comprendre la magie de Jenny il faut décortiquer, analyser et déguster.

 

www.jennywilson.net

Label : Gold Medal Recordings

   

 

Tracklist de hardships
1. The Path
2. Like a Fading Rainbow
3. Clattering Hooves
4. The Wooden Chair
5. Porcelain Castle
6. Anchor Made Of Gold
7. Bad Waters
8. Only Here For The Fight
9. Pass Me The Salt
10. Motherhood
11. Hardships
12. We Had Everything
13. Strings Of Grass