Revoilà ce projet atypique, de ce monde peuplé de lapins étranges. Car c’est ce qui frappe d’entrée visuellement chez Sleep party people ! Ce sont ces masques presque cartoonesques mais qui, si on y regarde de plus près, sont bien plus étranges que rigolos !

Et Etrange reste le maître mot pour les atmosphères proposées par le danois Brian Batz et ses musiciens pour ce deuxième album qui s’intitule très justement We were drifting on a sad song. Car petit lapin est fort triste encore une fois, avec ses ambiances mélancoliques et ses bidouillages électroniques bizarroïdes, ses pianos lacrymaux et son sens du blues synthétique sous hélium.
 
Mais Petit lapin a aussi bien travaillé, car il a su donner une suite à un projet si unique et original qu’on se demandait s’il allait garder l’inspiration. Et côté expiration, les effets sur la voix ne permettent toujours pas de distinguer les paroles, ce qui permet de s’en inventer soi-même ou de chanter par dessus sans trop se planter sur les mots.

La réalisation de cet album montre un goût pour les crescendos qui peut nous faire parler de post rock à propos de ce projet ovni, un projet qui se plait à appeler un chat un chat, quand on dérive ainsi sur une chanson triste comme le promet le titre de ce nouvel album de ceux qui ordonnent aux fêtards de dormir: les Sleep Party People !
 

 

 
 
Tracklist de We were drifting on a sad song
01 – A Dark God Heart
02 – Chin
03 – We Were Drifting On A Sad Song
04 – Melancholic Fog
05 – Heavy Burden
06 – Gazing At The Moon
07 – Heaven Is Above Us
08 – Things Will Disappear Like Tears In The Rain
09 – The City Light Died