Troisième album pour la canadienne Marie Davidson et son premier sur le label anglais Ninja Tune, Working Class Woman est aussi beaucoup plus extraverti que les précédents dans la forme tout en étant plus introspectif dans le fond.

Ses premiers albums comme notamment celui qu’elle a intitulé Perte d’Identité, nous proposaient des paroles en anglais et en français, tout en séduction et d’une voix désincarnée sur des morceaux sombres d’electro lo fi darkwave avec un tempo légèrement plus enlevé sur l’album Adieux au Dancefloor et sur les albums du duo Essaie Pas qu’elle forme avec son mari Pierre Guerineau qu’ils sortent sur le label DFA.

Ce nouvel album prolonge le travail et l’univers qu’elle a entamé avec son duo Essaie Pas ainsi que sur sa collaboration avec le producteur Solitary Dancer pour l’excellent mais très violent morceau “Emails 2 myself”

Côté paroles, ses observations sur le monde sont de plus en plus acerbes et satiriques à mesure que le sound design de l’album devient lui de plus en plus audacieux et structuré.

L’album s’ouvre ainsi sur le morceau “Your Biggest Fan” où elle fait preuve d’un grand sens de l’autodérision et où elle se moque un peu des manières du petit gotha mondain artistique.

“Day Dreaming” est un morceau plus onirique qui propose une réflexion plus franche sur la solitude de la vie d’un artiste en tournée.

“Work it” est quant à lui un hymne à la recherche du succès, où Marie Davidson se mue en coach de vie sur une rythmique dépouillée mais très musclée et entrainante.

“The Psychologist” est une séance de thérapie rythmique où elle se répète à l’envie à quel point elle est timbrée, tandis que le morceau “The tunnel” va plus loin dans le glauque et l’épouvante où on l’entend tousser et haleter et dire qu’elle rampe dans un tunnel plein de verre cassé en direction des ténèbres, sur fond de rires démoniaques.

S’en suit un déluge de rythmique sur le plus instrumental “Workaholic Bitch” qui cède la place, après vous avoir bien tabassé quand même, à “So Right” soit l’un des morceaux les plus accessibles que Marie Davidson ait jamais produit.

Plus profond sur le plan des émotions et plus clair dans sa production sonore, ce nouvel album Working Class Woman de Marie Davidson représente vraiment le passage à un nouveau palier dans la carrière de cette montréalaise.

https://www.residentadvisor.net/dj/mariedavidson