jamielidell.jpg

Premier album solo de Jamie Lidell qu’il ne signe pas sur le label Warp, puisqu’il a choisi de le sortir sur son propre label Jajulin. Building a beginning fait suite à son album éponyme de 2013 qui explorait l’electro-funk 80’s. Et pour cette première en autoproduction, l’anglais exilé à Nashville a choisi de revenir à de l’old school, avec une Southern soul teintée de gospel. Et si l’approche rappelle la fin des années soixante et début des années 70, il sonne tout de même contemporain et original, sans singer ou dupliquer le passé.

On concèdera sans peine qu’il lui est arrivé parfois d’être un peu trop proche de ses idoles par moments, mais on peut dire qu’il s’est un peu départi de ce léger travers cette fois-ci. Et si certaines paroles peuvent apparaître quelque peu triviales, elles sont toujours exprimées avec une conviction et une intensité soul qui font de lui l’un des chanteurs/producteurs les plus talentueux de sa génération, même devant Mayer Hawthorne selon moi qui ne démérite pourtant pas.

Et lorsque de surcroît les instrumentations n’ont pas à rougir en comparaison, autant en terme d’arrangements qu’en terme d’écriture, avec un supplément de joie et de ferveur, il serait vraiment snob de faire la fine bouche ou de se lasser après ses 16 ans de carrière qui n’ont pas semblé épuiser son inspiration. D’autant qu’il a réuni en studio un casting de musiciens talentueux avec le batteur Daru Jones qui a joué avec Jack White ou Talib Kweli, le bassiste Pino Palladino qui a joué avec Anderson Paak ou J Dilla, et Pat Sansone du groupe Wilco à la guitare.

Il a aussi réuni  des chœurs et de l’aide à la composition avec sa femme Lindsey Rome pour la petite touche familiale (avec notamment l’un des titres les plus funky dédié à leur fils à la fin de l’album).

Building a beginning est un album de la trempe de ceux qui finissent aussi puissamment qu’ils ont commencé, tout comme on pourrait le dire de la carrière de Jamie Lidell, en espérant bien entendu que ce dernier disque en date ne soit pas le dernier pour autant.

https://jamielidellmusic.com/