Naissance sur disque d’une formation qui avait déja donné quelques coups de pied dans le ventre de maman pour annoncer sa venue !

Les No Ceremony ont été jusque là discrets mais ils avaient déja fait monter la sauce en faisant circuler quelques morceaux sur internet, ce qui entretenait un certain mystère autour de cette formation. On entendait alors une pop électronique plutôt sombre au chant lacymal et frantômatique et ça nous plaisait pas mal.

Voilà que le voile se lève enfin sur James, Kelly et victoria, trois mancuniens qui se sont appliqué à faire de la bonne musique, tout simplement et de la sortir sur leur propre label NOC/// avec un certain soin apporté à l’aspect visuel.

 

En terme de thématiques, les chansons de ce premier album sont toutes dédiées à l’amour perdu et au désespoir comme avec ce premier titre de l’album Hurtlove qui décrit une personne s’infligeant une peine de coeur à elle-même, et non pas infligée par l’être aimé.

Deux invités de marque sont à compter sur cet album, avec la participation de Joey Santiago, guitariste des pixies, sur le morceau HEARTBREAKER et Vincent McMorrow sur le titre AWAYFROMHERE, qui tire d’ailleurs un peu à la couverture à lui, sans que cela nous déplaise pour autant.  

No Ceremony débarque donc sur une scène électro-pop émotionnelle et sombre avec un certain sens de la communication visuelle, mais qu’on se rassure, ces facéties visuelles ne viennent pas compenser un quelconque manque de créativité ou de vision musicale et ils nous le démontrent avec un très beau premier album éponyme qui sort cette semaine sur leur propre label NOC/// et distribué par Pias.