Premier album pour un groupe qui a encore tout à prouver et tout l’avenir devant lui car ils ne se sont formés que l’année dernière à Londres, avec ses membres venant tous d’horizons différents , d’Angleterre évidemment mais d’Australie et de Nouvelle Zélande également. Mais Ils ont déja convaincu en très peu de temps puisqu’ils ont effectivement fait le Midi festival en France, connu pour son exigence et ses bonnes trouvailles, et avant cela ils avaient été ajouté à la programmation du Field Day festival, Reading festival, Leeds festival mais aussi Benicassim en Espagne et Best kept secret en Hollande.

Une sensation à venir qui a aussi fait ses armes en tournée aux côté des Generationals et Blood Red Shoes en avril dernier. Mais pour en revenir à leur musique, ces jeunes marchent sur les traces des groupes de Rock Shoegaze comme My Bloody Valentine, Ride mais tout en ajoutant des larsens que ne renieraient pas Jesus and Mary Chain ou Dinosaur Junior. Ils ont réussi à associer des mélodies ensoleillées au frontières du surf-rock mais tout en gardant une énergie un peu sale dans les guitares bruyantes et parfois dissonantes et un côté slacker / branleur en arrière fond qui les rapproche également de leur contemporains de Wavves.

On est donc dans des figures d’un certain rock 90’s connues certes, mais renouvelées car les Splashh n’ont pas peur d’expérimenter, avec synthés et de nombreux effets de fuzz, de delay jusque dans la voix. Certains morceaux comme “Headspin” rappellent très vite également qu’ils ont cité les Pixies dans leurs influences.

Encore un groupe qui participe à une certaine résurgence des formes musicales des nineties, mais heureusement pour des styles et des influences que nous n’aurons aucun mal à accepter de ré-entendre , digérée par une génération qui n’est pas née très longtemps avant leur avènement, et qui ont peut-être un recul suffisant pour se les approprier tout à fait.