La sensation dream pop de 2010 c’était bien Wild Nothing et il nous revient en cette rentrée de septembre avec un deuxième album qui sort encore une fois sur l’excellent label Captured tracks.
Alors Nocturne a été enregistré en trois semaines avec l’aide de Nicolas Vernhes qu’on connaît pour sa production des albums de Deerhunter, animal collective ou des Dirty Projectors dont on vous a parlé la semaine dernière.

Et les couleurs de ce nouvel album sont toujours aussi rêveuses et cottoneuses avec des instrumentations synthétiques et une production d’effets de guitares de son de batterie et de reverb sur la voix qui sonnent évidemment très eighties, on est donc très près de l’esprit du premier album avec sans doute un côté un chouîa plus orchestral. Et avec ces tonalités eighties, c’est donc sans surprise qu’on sera étreint par la nostalgie à l’écoute de ce Nocturne.

 

Et si on retrouvera Wild nothing en quatuor sur scène désormais, ce projet est toujours le produit de l’imagination mélodique d’un seul homme, Jack Tatum,  qui a enregistré tous les instruments de cet album en studio, d’où cette impression d’une musique très maitrisée, dense et homogène, nette et sans bavures.

Pour la sortie de cet album et là je m’adresse aux collectionneurs, Wild nothing a voulu marquer le coup et a sorti pas moins de 6 pochettes différentes...

capturedtracks.com/artists/wildnothing
fr-fr.facebook.com/wildnothing
www.myspace.com/wildnothing