C'est le frère des Trans Musicales, les Bars en Trans est aussi un festival qui fait la part belle aux découvertes. Avec une programmation presque exclusivement française, le festival rennais est resté en centre-ville et profite des nombreux cafés concerts de la ville pour propulser ces nouveaux talents français ou en confirmer d'autres...
C'est aussi la belle alternative à tous ceux qui sont effrayé par les navettes, les grands hangars des trans musicales et qui n'ont pas peur aussi de respirer les aisselles de ses voisins...

Cette année c'est 129 groupes programmés dans tous les styles de musiques actuelles (Rock, Musique Urbaine, Pop-Chanson,Rock, Folk-Pop, et World)
ça dure 4 jours, du jeudi 5 au dimanche 8 décembre dans 15 lieux de concerts et 2 lieux d’accueil : 9 Bars, 1 piscine, 1 club, 2 théâtres, 1 chapelle et 3 salles.

On a selectionné 5 groupes / artistes qu'on suit à Novorama depuis un moment, d'ailleurs en Novembre vous pourrez écouter les interviews de Don Turi et du SuperHomard.



Le SuperHomard


Auteur d’un disque pop comme on n’en fait (presque) plus, orchestration ambitieuse vs cordes vaporeuses, ce quintet au drôle de patronyme voyage sur tous les continents du genre et n’hésite pas le grand écart entre le psychédélisme de Syd Barrett, le kraut le plus hypnotique et la classe mesurée et dansante d’un Phoenix qui aurait gentiment glissé un pied avec élégance sur le dancefloor. Belle découverte !

School Daze

La musique pour s’oublier et celle pour réfléchir se rencontrent en très peu d’endroits. Il est d’autant plus exaltant de voir surgir un groupe comme School Daze. Le duo crée une musique populaire mais pas populiste, dansante et émouvante, cérébrale et futile, comme un ultime pied de nez à une époque qui vise à la simplification des messages, une indie-pop aux accents ravey qui évoque autant l’Angleterre baggy que les pionniers de l’électronique de Detroit ou Chicago.

Ambeyance

Rétro-futuriste, italo-disco, dansante et hypnotique, la musique électronique d’Ambeyance invite à un total lâcher prise sur la piste de danse après un décollage sur fond d’arpégiateurs-maelström et de kicks cardiaques. Ce duo formé entre autre, d’une des excellentes Oktober Lieber (que nous recevions l’an passé) est à surveiller de très près !

Tiger Tigre

Tiger Tigre nous mène en bateau alors qu’il a le mal de mer. Sa musique safarienne et loufoque aux thèmes japonisants, qu’il qualifie lui-même d’easy listening vodka-redbull, se situe entre le Wu-Tang, Steve Reich et Le Douanier Rousseau. Vous voyez le tableau ?

Don Turi


Connu pour ses talents de batteur qui lui ont fait accompagner de multiples artistes aux 4 coins du globe, Emiliano Turi se retrouve cloué au lit pendant des semaines suite à une chute. Ainsi naît Don Turi. Transformer l’accident en « don », un cadeau à soi-même, prendre le temps de faire, de transformer l’absurdité du moment en musique pour ne pas vaciller. Le salut viendra par la production d’une techno minimale dopée aux nappes de synthétiseurs et gimmicks cérébraux.