fme2015.jpg

Cette année Novorama traverse l’atlantique pour découvrir la nouvelle scène canadienne au Festival de Musique Emergente de Rouyn-Norandamais mais pas que, on compte églament une petite poignée de groupes français en développement comme Ropoporose, Jeanne Added, Chapelier Fou, … Le FME depuis ses débuts est une belle plateforme pour découvrir ce qu’on verra demain sur les grandes scènes des festivals internationaux à l’instar des Trans Musicales en France, l’Eurosonic en Hollande ou le Great Escape en Angleterre. Pas beaucoup de têtes d’affiches, du moins pour nous petits frenchies !Si certains groupes étrangers de la programmation ont déjà joué en France comme Doldrums, Deerhoof, Puts Marie ou encore The Dodos, on a hâte de voir ce que vont donner sur scènes, des groupes canadiens comme Look Vibrant, Galaxie ou encore Syzzors !

Mais au-delà d’un simple festival, Le Festival de Musique Emergente de Rouyn-Noranda a pour mission également de participer à l’amélioration de la vie collective ou encore même de maintenir, dynamiser et attirer de façon originale les jeunes en région (c’est écrit noir sur blanc sur leur site internet) et oui car Rouyn-Noranda c’est pas Montréal, seulement 42 000 habitants et ce festival a pour but effectivement de montrer au monde le dynamisme culturel de ce haut lieu de l'Abitibi-Témiscamingue ! En tout cas tous ceux qui y sont allés sont revenus le sourire jusqu’aux oreilles c’est bien pour ça que nous gouterons nous aussi à l’expérience FME du 3 au 6 septembre prochain. En attendant nous vous avons sélectionné 10 groupes de la programmation que nous irons voir les yeux fermés avec les explications du festival !

Doldrums
Lié à Arbutus Records, une communauté artistique DIY qui est établie au cœur de Montréal et qui compte parmi ses plus célèbres membres nuls autres que Purity Ring et Grimes, Airick Woodhead, la voix haut perchée et androgyne de Doldrums compose une pop hypnotique à partir de différents aspects du séquençage. Une musique électronique hallucinée, dansante, tout imprégnée de solitude et de mélancolie.  

Deerhoof
Groupe rock indépendant de San Francisco, Deerhoof échappe aux définitions hâtives tant il a, depuis plus de vingt ans maintenant, su se réinventer. Une constante demeure toutefois : l’étonnement que suscitent le groupe et ce curieux accord entre la voix enfantine de la chanteuse Satomi Matsuzaki et les explorations percussives de Greg Saunier.

Syzzors
Ce trio originaire de Québec et établi à Montréal fait une électropop à la fois dansante et introspective. Sa musique se fabrique au fil des rythmes, des guitares et des claviers pour prendre son envol grâce aux harmonies vocales des deux chanteuses. En témoigne Leo, le dernier EP du groupe, qu’on pourra entendre interpréter au prochain FME.

Duchess Says
Les Montréalais de Duchess Says ne sont pas reconnus pour faire dans la dentelle et c’est à renfort de cris et de bruitages sauvages qu’ils comptent encore une fois faire passer le message de la Duchesse (ou perruche spirituelle), autorité suprême de la Church of Budgerigars.  Vous n’y comprenez rien ? Attendez de les voir sur scène.  Duchess Says se chargera de semer plus d’un doute dans vos esprits.

Galaxie
Zulu, titre du dernier album de Galaxie, révèle l’intérêt profond que porte Olivier Langevin pour les racines proprement africaines du blues et du rock. C’est cette matière avec laquelle, à l’aide des musiciens qui l’accompagnent, il sait forger une musique qui ne craint pas de s’allier souvent à l’électro, parfois au psychédélisme et toujours (et surtout) au stoner rock.

Jeanne Added
Native de Reims, la violoncelliste formée au jazz ne semblait pas destinée à une carrière rock. C’est pourtant la voie que Jeanne Added choisit en troquant son violoncelle pour une guitare, en adoptant une attitude post-punk et en décidant, en plusieurs mouvements, d’enregistrer le résultat. En écoutant la pièce A War is coming, on comprend facilement qu’il s’agissait d’un choix judicieux.

Ropoporose
Ils sont deux – Pauline (chant, guitare, clavier et voix) et Romain (batterie, guitare, chœurs) – à créer une pop qui est tout sauf complaisante, indépendante et joyeuse, qui entre par tous les pores de la peau, qui est dynamique, redoutable, impeccable. Ça s’entend sur Elephant Love, premier album du duo, qui étonne et frappe l’imaginaire. Ils sont deux, mais on les croirait infiniment plus nombreux.

Puts Marie
Après une pause de sept ans pendant laquelle chaque membre ne s’est pas économisé, le quintette suisse Puts Marie, formé il y a plus de quinze ans, revient en force, bien qu’il se montre plus vulnérable. C’est qu’il porte toujours cette touche pop bien typique des années 90, mais cette fois avec l’androgynie à l’avant plan et la mélancolie bien rock en toile de fond.

Look Vibrant
Matthew Murphy et Justin Lazarus de Look Vibrant ont réalisé, depuis la formation du groupe, il y a quelques mois, quatre chansons brillamment pop, frénétiquement exubérantes et à tout coup accrocheuses. L’écoute de Le Plateau, un redoutable premier simple, devrait vous convaincre de passer les voir lors de leur passage à Rouyn-Noranda.  

The Dodos
The DoDos, c’est d’abord une approche percussive expérimentale liée à des guitares fortement inspirées du «finger picking », technique répandue dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Le tout percute et éclate dans tous les sens selon des harmonies déconcertantes. Cette formation indie rock sort sans contredit du lot. À ne pas manquer lors de son passage au FME.


+ d'infos: https://www.fmeat.org/