ambiance_K3C7138_CP.jpg

On est resté qu'une journée cette année au Printemps de Bourges, mais on aura fait le tour complet de l'horloge sans dormir avec un top départ lancé à 12h30 à la gare d'Austerlitz pour revenir 24h. après au même endroit ! 4h de train aller retour mais plus de 12h de musiques non stop (on avait bien révisé avec notre émission pré-festival) avec un premier détour par les 2 salles du 22 qui offraient le meilleur des découvertes électro françaises selectionnés par les inouïs (Gordon, Neue Grafik, N U I T, Le Common Diamond, ...)

Le festival prendra une autre tournure ensuite avec La colonie de vacances au Nadir (la réunion des groupes Pneu, Papier Tigre, Electric Electric et Marvin) l'évenement qu'il ne fallait pas rater pour tout amateur de pogo et de rock qui fait du bruit (oui les 4 groupes jouent en même temps ! ) D'ailleurs le batteur de Pneu en cassera sa batterie à peine après 30 min de set, les 4 groupes seront contraints d'arrêter le concert pour qu'on change la peau de sa grosse caisse !

On continuera la fête avec la Rock n'beat Party au W et au palais d'Auron qui proposait encore un beau plateau musclé en terme de musiques électroniques (Rone, SBTRKT, Jeff Mills, ...) Mais le point d'orgue de cette journée marathon sera enfin de compte de retrouver tôt le dimanche matin, l'équipe de l'Electronic Garden Party, l'after "sans alcool" créé l'année dernière par Yann Bizzari et Joffrey Deriaud, repris cette année notamment par Bastien Rabois, 3 anciens élèves de l'école des metiers du spectacle d'Issoudun qui souhaitent avec cet évènement "post-rock n' beat", apporter une autre vision des musiques électroniques à Bourges, plus pointue mais surtout plus calme pour qu'on puisse siroter tranquillement son jus d'orange dans un transat. Idéal enfin de compte pour décuver de la veille !

https://www.printemps-bourges.com